Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 1071

Enquête parisienne sur la famine à Camaret et à Morgat.

22/01/1903 

Pour les bretons

A Camaret et à Crozon (par dépêche de notre envoyé spécial)

Camaret, 21 janvier.

Il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Ce coquet village de Camaret-sur-Mer, que je viens de parcourir, a bien ses verrues, comme dirait Montaigne. J'ai vu là des chambres sans air et sans soleil, où vivent et dorment des familles de six, sept, huit enfants.
Comment grandissent-ils dans cette atmosphère ? C'est un mystère. J'ai vu là le légendaire lit breton, une armoire où l'on entre, en se faisant tout petit, par une ouverture que closent des rideaux. On est bien calfeutré là-dedans.
Dès ce matin, à la première heure, je commençai ma tournée, accompagné du vicaire, M. Guirriec, le recteur étant absent; de M. Férec, adjoint, et de M. Belbeoch, président du syndicat des marins.
Oh! les braves gens! comme on sent un cœur d'honneur et une sève vigoureuse dans leur rude écorce. C'est grâce à eux que j'ai pu parer aux plus pressants besoins de nombreuses familles.
Tous les ménages ont cinq, six, sept enfants; souvent je n'ai trouvé que les mères; les hommes sont en mer, mais ils ne pêchent rien. A quoi attribuer cet insuccès persistant? Je ne sais. Les marins se plaignent beaucoup, à ce point de vue, de la pêche à la vapeur, qui dépeuplerait la mer.
Je demandais dans toutes ces familles:
Qu'avez-vous gagné, cette année ?
60 francs, m'a répondu celui-ci.
Il paraît que c'était un favorisé du sort, car tous les autres m'ont accusé 30, 25, et l'un d'eux 18 francs. Et le malheureux était alité depuis trois semaines; son fils aîné est alité également et une fille de quinze ans est assise, aveugle. Il s'appelle Marchant.
18 francs en cinq mois je ne suis pas grand mathématicien, mais j'ai pu calculer que cela représentait par jour deux sous et demi. Et il a quatre enfants !

A dix heures, j'ai pu rejoindre le maire, M. Martin, qui arrivait de Quimper, et je l'ai aussitôt interviewé.
Ma première pensée, m'a-t-il dit, doit être de vous demander de transmettre tous nos vifs remerciements et notre gratitude au Gaulois et à ses généreux donateurs. Je viens de trouver chez moi les trois mandats que le directeur du Gaulois a bien voulu m'adresser. Je vais m'en servir, conformément à ses intentions et aux vôtres, à soulager immédiatement nos pêcheurs. »
» Par ailleurs, j'arrive de Quimper, où nous avons eu, hier, une longue séance; Camaret-sur-Mer reçoit, pour sa part, une première répartition de 353 francs qui seront affectés à des secours en nature. Dès midi, je réunis le conseil municipal pour lui faire connaître le résultat de mon voyage à Quimper, et ce soir le comité local fonctionnera, distribuant des bons de pain, de viande, de bois, etc., à toute la population intéressée.
» Vous avez pu remarquer combien les intérieurs les plus pauvres sont en général propres et soignés; même moi, maire, je ne connais pas toujours les misères honteuses: elles se cachent trop. Mais nous avons ici beaucoup de pêcheurs de Crozon qui viennent s'installer chez nous.
» Il faut remarquer que notre localité de Camaret, malgré de trop nombreuses détresses, n'a pas, Dieu merci, la misère générale de Penmarch, par exemple. Cela tient à notre système. Nous avons deux pêches ici, celle des sardines, comme toute la baie, et celle des langoustes, qui commence au mois de mai. Les sardines ont, comme ailleurs, manqué et les langoustes de même; seulement nous avons une petite partie de nos pêcheurs de langoustes, qui vont sur les côtes d'Angleterre. Ceux-là ont mieux réussi que ceux qui restent dans la baie.
» Comme vous le voyez
— et ce disant le maire me montre les bateaux dans la rade — nous en avons qui vont, au-delà de notre baie, en Espagne, sur les côtes de la Çorogne, et en Angleterre. Ils parquent ici les langoustes qu'ils pêchent et les expédient de là.




La morale: d'une part, le comité officiel a, hier seulement, fait une première répartition qui n'est pas encore versée ; d'autre part, M. de Maizière est arrivé il y a huit jours, moi il y en a six, et tout de suite nous avons distribué.
Quel est le meilleur système ?
Je pars pour Morgat.


Crozon, 21 janvier.

A Morgat, la situation n'est pas exactement la même que dans les autres ports. Les pêcheurs, ici, s'adonnent exclusivement à la pêche de la sardine, mais ils ont en général un lopin de terre, comme propriétaires ou locataires. Leur récolte leur a permis de parer aux besoins immédiats ils n'ont pas payé leur loyer, ils ont gardé leur récolte d'orge, la principale production du pays, ils n'éprouveront donc la véritable gêne que dans deux mois, lorsque tout sera ensemencé et les greniers vides.
Ce n'est pas à dire, du reste, qu'il n'y ait pas de misères bien intéressantes comme partout. Comme c'était ma mission et mon devoir, j'ai fait le nécessaire pour y remédier. Le maire, le docteur Louboutin, était en tournée; j'ai vu Mme Louboutin et lui ai remis 200 francs qui seront répartis, de concert avec le curé.
Le doyen n'était pas là non plus. J'ai vu un des six vicaires, M. Fertil, qui m'a remercié des envois du Gaulois. Je lui ai remis également 200 francs. Tout cela permettra d'attendre le mois de mars, où commence la pêche du maquereau sur les côtes de la Manche.
Si la pêche est meilleure, espérons qu'il ne restera que le souvenir de cette crise douloureuse, qui aura montré si admirablement l'élan unanime de charité et de solidarité de tous les lecteurs et amis du Gaulois en particulier.

Après avoir remis, au nom du Gaulois, la nouvelle offrande que je vous ai dite, pour vêtir les malheureux qui sont presque nus, je suis parti pour Morgat, accompagné de M. Balcon, premier adjoint de Crozon, qui s'est adjoint à son tour un conseiller municipal de la section de Morgat.
Je conseille fortement aux touristes hivernaux de cette côte, fort rares du reste, de se munir de solides bottes de marais. Routes et chemins ont une couche épaisse de boue. C'est classique. Morgat est une plage fort jolie, tapissée de cabines et de villas aux volets verts et aux façades blanches. Là plus grande partie appartient à une maison d'automobiles qui les loue l'été, ce qui prouve qu'on peut avoir deux cordes à son arc.
Mais c'est là le décor qui cache les coulisses. Les coulisses, ce sont les maisons des pêcheurs.
A Camaret, j'avais vu des logements sombres, éclairés par une façon de lucarne, ce qu'on appelle au vrai jour de souffrance à Morgat, j'ai pénétré dans une cave sans même un soupirail. Les logements du premier étage ont pour escalier des échelles de moules, et je me demande comment les bébés ne se rompent pas le cou en descendant. On a bien raison de parler de la solidité des crânes bretons.
Je n'insisterai pas davantage sur ma tournée de charité les misères se multiplient sous vos pas, chemin faisant.
J'ai causé avec l'adjoint qui, lui aussi, était hier à Quimper. La commune de Crozon n'a eu que 1.800 francs, et il m'expliquait que cette ré- partition est insuffisante et inégale.
Les autres communes devraient, m'expliquait-il, nous faire une part songez qu'elles ont accusé un chiffre global de pêcheurs; seulement on oublie que Crozon et Morgat en fournissent deux cents à Camaret, deux cents à Douarnenez. Leur part devrait donc nous revenir.

Je reviens à l'instant à Crozon, où je suis bouclé. Impossible de m'évader. Demain matin, à sept heures, je rejoindrai Brest, puis Quimper par le bateau du Fret.

Camaret    Morgat    pêche    sardine    secours               

article issu de : Le Gaulois (Paris)    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.