Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 202

Quelle énergie ne fallait-il pas qu'ils déployassent...

30/08/1876 

Revue Bretonne - Finistère

Crozon. — On nous écrit le 26 août :
« Hier, vers trois heures de l'après-midi, la chaloupe l'Aventure, patron François Callec, de Camaret a recueilli en mer dans le sud est de la baie de l'Iroise, l'équipage de la chaloupe de pêche l'Alfredo qui avait sombré après avoir capoté sous voiles.
« Les marins qui montaient l'Alfredo et le patron, Jean-Marie Guéguennou, étaient occupés à mouiller des casiers à homards, lorsqu'une lame poussée par la brise violente du nord-nord-est, qui donnait en ce moment fit sombrer l'embarcation.
« On ne voyait alors à l'horizon qu'une seule voile : c'était celle de l'Aventure, qui se trouvait à trois milles environ du lieu du sinistre ; un heureux hasard voulut que Callec, le patron de l'Aventure, et son frère Pierre qui l'accompagnait, s'aperçussent de la disparition subite du bateau l'Alfredo.
« Ils comprirent qu'un malheur était arrivé, et malgré la distance à franchir, malgré la violence du vent contre laquelle il fallut lutter, ils résolurent de se porter au secours des naufragés.
« Lorsque l'Aventure parvint au lieu du sinistre, il y avait plus d'un heure que les infortunés marins de l'Alfredo ne se soutenaient sur l'eau qu'à l'aide des avirons auxquels ils s'étaient cramponnés.

« C'est en vain qu'on chercherait à dire quelles furent les angoisses de ces pauvres gens pendant cette heure terrible qui pouvait être, pour eux, la dernière, et dont chacune des minutes leur semblait si longue à souffrir !
« Quelle énergie ne fallait-il pas qu'ils déployassent pour lutter aussi longtemps contre la mort !
« L'espoir leur a donné la force nécessaire pour attendre que la Providence vint à leur secours : ils ont été sauvés.
« Dès qu'ils eurent été recueillis à bord de l'Aventure, leur faiblesse, leur émotion étaient telles qu'ils s'évanouirent, mais les soins qu'ils reçurent ne tardèrent pas à les ranimer et lorsque le bateau fut rentré au port, lorsqu'on eut appris, à la fois, la perte de l'Alfredo et le sauvetage de ses marins, il serait difficile de dire lesquels, des naufragés arrachés à la mort ou de leurs heureux sauveteurs, reçurent de leurs amis les plus chaleureuses marques de sympathie.
« Quant au bateau, il ne sera guère possible de le renflouer, et c'est là une perte, pour ainsi dire irréparable,car l'Alfredo était le seul gagne pain de Gueguennou qui est marié, père de trois enfants en bas âge, et qui se trouve aujourd'hui sans ressources. »

Camaret    naufrage    sauvetage                       

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.