Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 204

Drame sur l'Aulne, près de Landévennec.

02/09/1876 

Nouvelles et renseignements

Landévennec. — On lit dans l'Océan du 31 août : Samedi, 26 du courant, dans l'après-midi, le garde-maritime Floch, de la station de Landévennec, était allé dans son canot, avec son gendre, le nommé André François, matelot retraité, à Trégarvan pour affaire de service.
Après être restés quelques temps à Trégarvan, ils ont repris la mer pour regagner Landévennec.
Il était environ 8 heures un quart du soir, et le canot se trouvait à peu près par le travers de l'endroit dit Pen Butun, où il existe un bois touffu appartenant à l’État, à une distance de 8 à 10 mètres de la grève, lorsque tout-à-coup André, saisi probablement d'un transport au cerveau, soutint à son beau-père qu'il faisait fausse route et retournait sur Trégarvan au lieu de se diriger sur Landévennec, et voulut le faire virer de bord.
Floch, qui était à la godille et gouvernait, sachant parfaitement qu'il était en bonne route, ne cessait de répondre à son gendre qu'il se trompait.
Celui-ci, toujours sous l'impression de son idée fixe, se déshabilla, ne gardant que son tricot de dessous et son pantalon de drap, et sans attirer l'attention de son beau-père, sauta du canot à la mer,

et se dirigea vers la grève où Floch le vit debout un instant après. Il dirigea son canot debout en plein, tout en l'appelant et l'invitant à revenir à bord, mais inutilement. André répondait toujours qu'il voulait aller à Landévennec par terre et non à Trégarvan. Puis, il disparut subitement, sans laisser de trace. Floch mouilla son canot à l'endroit où André avait atterri et passa la nuit à veiller, appeler, mais rien ne vint faire cesser son anxiété, et il ignore positivement si son gendre s'est noyé où s'il s'est perdu dans les profondeurs du bois. Il n'a du reste, entendu aucun clapotement indiquant la présence d'un homme dans l'eau, nageant ou s'y débattant.
La vase de l'endroit où il a atterri porte la trace de ses pas, mais seulement pour aller à terre, et non pour revenir se jeter de retour à l'eau, ce qui fait supposer que ce malheureux se sera enfoncé dans le bois, s'y sera égaré et peut-être y sera tombé frappé d'apoplexie.
Les renseignements que nous recevons aujourd’hui, nous annoncent que les marins de la Psyché ont fait, lundi dernier, une battue dans le bois de Pen-Butun; elle n'a malheureusement produit aucun résultat.

Landévennec    fait divers                           

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.