Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 2445

Cérémonie inaugurale du monuments aux morts d'Argol.

24/07/1920 

La région bretonne

ARGOL
Lundi 19 juillet, la commune d'Argol inaugurait le monument de ses fils, morts pour la patrie. A 10 heures, un service solennel, suivi d'une messe de Requiem, réunissait à l'église paroissiale les familles et les amis des disparus. La nef est trop petite pour recevoir la foule accourue pour rendre hommage à nos morts. Autour du catafalque que recouvre le drapeau tricolore, se tiennent les parents, les veuves, les anciens combattants, quelques vétérans de 70 portant leur médaille commémorative. Les femmes en deuil ont laissé tomber les ailes de leurs élégantes coiffes bretonnes. A l'issue de la cérémonie, la procession sort de l'église et se rend au monument érigé au cimetière, qui sort de l'atelier de M. Scaon, de Châteaulin, consiste dans une stèle de granit surmontée d'une croix. Sur l'une des faces on lit : « Aux enfants d'Argol morts pour la France » ; sur une autre, « In Memoriam. Dalc'hit sonj. ». Sous l'inscription bretonne sont incrustées des insignes : croix de guerre, médailles militaires. Sur les deux autres faces sont gravés les noms des morts de la commune, avec l'indication de leurs villages d'origine. Il est orné de drapeaux pour la circonstance.
M. l'abbé Pouliquen récite les prières des morts et donne l'absoute. M. Bourvon, maire de la commune, auprès du monument, prononce un discours. D'une voix émue il rend hommage aux enfants de la commune morts pour la Patrie. Il remercie les personnes généreuses qui, par leurs offrandes, ont procuré les ressources nécessaires pour l'érection de ce monument auprès duquel les pères, les mères, les épouses et les enfants pourront venir s'agenouiller et pleurer les chers disparus. Il a été placé bien en vue afin que la jeunesse y vienne fréquemment puiser des leçons de patriotisme.
« A nous, ajoute-t-il, ce monument rappellera les heures tragiques pendant lesquelles nos cœurs ont battu à l'unisson. Il nous invite à continuer, dans les jours de paix, l'union sacrée des jours de larmes, à rester unis pour réparer par le travail et dans la concorde les ruines accumulées par les années de guerre. »
Le maire assure les veuves et les orphelins de la sollicitude du gouvernement et termine par cette évocation : « O morts glorieux, dormez en paix ; la France n'abandonnera pas vos enfants. Vos idées, vos aspirations leur seront transmises avec une [?] sollicitude. Vos fils, fidèles à votre souvenir, continueront votre œuvre en travaillant à refaire une France encore plus belle, plus éprise de justice et de fraternité. Gloire aux enfants d'Argol morts pour la Patrie ! »
Un ancien combattant fait ensuite l'appel des 70 noms gravés sur le monument et à chacun des noms, un mutilé de la guerre répond : « Mort pour la France ! »
MM. Cariou, conseiller général, et Goalès, conseiller d'arrondissement, prononcèrent ensuite des discours.


M. Goalès est un glorieux mutilé de la guerre et lui-même enfant d'Argol, deux titres qui le rendent sympathique à l'assistance. Évoquant la mémoire de ses anciens compagnons d'armes, il dit : « A vos côtés, j'ai combattu ; ensemble, nous avons souffert ; mais notre sort a été différent : vous, vous êtes tombés en héros et aujourd'hui, mutilé moi-même, je salue bien bas votre mémoire ! » . Ces paroles font impression sur l'assistance.
M. Kermorgant, président de la section des combattants d'Argol, prononça à son tour un discours dont nous détachons ce passage : « A première vue, ce monument ne paraît pas proportionné au mérite de nos morts. Pour leur courage, pour leurs souffrances et pour leur mort, ils méritaient mieux que cela... Mais cette colonne, par sa modestie et sa simplicité, n'en a pas moins son cachet : elle symbolise le petit soldat breton que nous avons vu pendant cette longue guerre toujours simple, fuyant les honneurs, mais faisant toujours et quand même son devoir jusqu'au bout, jusqu'à la mort, et quand la mort vint, sachant encore mourir simplement pour la France et pour la Liberté. »
M. Daniel, président de la section cantonale des Pupilles de la Nation, s'associe à l'hommage que rend la commune d'Argol à ses morts. « En même
temps,
dit-il, que notre admiration et notre gratitude vont aux morts, notre sympathie et notre pitié restent acquises aux êtres chers qu'ils ont laissés, aux enfants en habit de deuil, aux veuves, aux vieux parents qui cherchent une consolation dans les espérances chrétiennes de l'au- delà... » Il dit la dette contractée par la France envers les orphelins de guerre et parle de la loi sur les Pupilles de la Nation, cette loi généreuse, l'une des plus belles qui soit jamais sortie des délibérations du Parlement. Il termine ainsi : « Le souvenir des héros que ce monument perpétue, comme le passé glorieux de la race bretonne, est un patrimoine que personne ne peut nous ravir, les mères ont apporté leur part de travail, de détachement, de sacrifice, d'endurance héroïque à l'édification d'une société nouvelle ; les fils recueilleront ce précieux héritage. Ils s'inspireront de leurs exemples et de leurs idées préférées. Ainsi, tandis que ce monument perpétuera les noms des morts, leurs enfants feront revivre leurs vertus et les générations auront toujours sous leurs regards reconnaissants les traits immortels des héros que nous glorifions aujourd'hui. » M. Daniel termine par ces mots en langue bretonne : « Enor bra trugarez da vugale Argol maro evit ar vro. Bennoz var ho hano ! » La foule recueillie, défile ensuite devant le monument.



L'emplacement originel du monuments aux morts d'Argol
Argol    guerre    in memoriam    religion                   

article issu de : La Dépêche de Brest    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.