Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 2757

Cambriolage de la villa de M. Antoine.

17/10/1926 

LE CAMBRIOLAGE DE LA VILLA ANTOINE

Maigre butin. -- Exploit d'ivrognes
Le maître Saint-Pol-Roux, détective-amateur

Camaret, 16. (De notre correspondant spécial). —
(...] Connaissant les liens d'amitié qui unissent l'artiste dramatique bien connu et le maître Saint-Pol-Roux, son voisin de campagne, nous avons interviewé ce dernier qui, actuellement à son manoir du Boultous, avait dû suivre de près l'enquête ouverte par le garde champêtre et les gendarmes, dès lundi, jour de la découverte du cambriolage, par Mme Mignon, chargée d'aérer de temps à autre, la villa de Kerbonn.

Il se trouva que non seulement le poète avait suivi l'enquête, mais encore qu'il y avait joué Un rôle important.
Avisé de ce qui s'était passé chez lui, M. Antoine, actuellement à Paris, 26, rue Dauphine, avait écrit à son vieil ami, le chargeant de jouer en la circonstance les Sherlock Holmès et de procéder chez lui à un inventaire.
« Au fond, lui disait-il, je ne crains que pour la vaisselle, une armoire à linge assez copieusement garnie, quelques bronzes et des vases.
« Je serais content de savoir aussi si on a touché à la bibliothèque, où il y a quelques bouquins de valeur. »
L'ermite du Boultous nous ayant d'abord rassuré sur le sort de tous ces objets, mis depuis en sécurité, nous dépeignit ensuite l'état dans lequel on avait trouvé la villa où les cambrioleurs s'étaient introduits par escalade — le long d'une gouttière — et par effraction — un volet forcé, une vitre brisée.
Dans le vestibule, un meuble breton avait été fracturé. Il contenait, entre autres choses, des munitions correspondant à des fusils de chasse accrochés en panoplie sur le mur. Les indésirables auraient été surpris qu'ils auraient pu tirer un bien mauvais parti de cette trouvaille.
La position retirée de la villa, l'heure tardive, voulut qu'il n'en fût heureusement rien.
Ayant trouvé dans une tasse un trousseau de clefs, les malandrins avaient ouvert tous les tiroirs et meubles de la maison, faisant çà et là sauter des scellés posés par précaution.




Les visiteurs ne trouvèrent rien à leur goût et partiront comme ils étaient venus, non sans avoir visité la cave, vidé quelques bouteilles... d'eau de Vichy et lacéré stupidement un matelas.
Les procédés, les témoignages malodorants que les cambrioleurs laissèrent de leur passage, permettent de croire qu'ils étaient ivres.

D'autres déductions peuvent également se faire, qui furent faites d'ailleurs et grâce auxquelles on tient une piste sérieuse. Pour ne gêner en rien l'action actuelle de la gendarmerie et du garde champêtre, l'action prochaine de la police mobile, nous les tairons, comme nous tairons aussi certaine découverte importante que fit le poète-détective qui, pour son coup d'essai...

Dans une seconde lettre M. Antoine exprimait à son voisin l'importance qu'il attachait à la découverte des malfaiteurs. Il fallait que soient ainsi rassurés les propriétaires des nombreuses villas qui jalonnent le littoral de la presqu'île, pour que Camaret ne souffre pas dans sa réputation de station balnéaire calme et de tout repos.
Noble souci que le maître Saimt-Pol-Roux a fait sien et qui motiva sa participation aux recherches policières.
Mais il ne faudrait pas pour cela prêter au prestigieux poète une âme de procureur cruel. Personne à Camaret n'oublie les bontés qu'il a toujours prodiguées autour de lui, et certaine de ses interventions qui évita la corde, tout au moins la Cour d'assises, à deux jeunes galopins trop indiscrets, dans des circonstances singulièrement analogues aux présentes.
Celui qui, hier, nous accueillit avec bienveillance, nous pardonnera d'avoir troublé un instant sa quiétude, d'avoir troublé surtout les belles rêveries que lui inspirent le ciel, la mer et le roc, son domaine infini au seuil duquel il nous a reçu.

Camaret    Paris    fait divers                       

article issu de : La Dépêche de Brest    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.