Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 3038

Regarder son bateau mourir...

04/11/1930 

La région bretonne

LA TEMPETE
Plusieurs dundees et sloops de Camaret ont été jetés à la côte
[...]
A Camaret
Cinq langoustiers chassent sur leurs ancres et s'échouent

La flottille de Camaret vient d'être, une fois de plus, mise à une rude épreuve par la tempête. Depuis samedi, les bateaux ralliaient le port et ils s'y trouvaient particulièrement nombreux.
En effet, depuis trois ans environ, on ne pêche plus guère sur les côtes anglaises, en raison de la médiocrité des résultats, si bien que la flotte langoustière opérant aux abords d'Ouessant et de Sein se trouve plus fréquemment réunie au grand complet dans l'anse de Camaret.
Nous avons déjà dit l'insuffisance de ce port et ce qu'est le projet d'agrandissement récemment établi. En attendant sa réalisation, bon nombre de langoustiers se voient contraints de mouiller hors de l'abri des ouvrages.
C'est ce qui se produisit durant la matinée du dimanche. Le vent soufflant alors avec une grande violence, les équipages établirent leur mouillage avec un soin particulier. Deux ancres et sur chacune trois maillons de chaîne leur parurent devoir offrir toute la sécurité désirable.
Lundi matin cependant, dès le lever du jour, la nouvelle se répandait rapidement que cinq bateaux avaient été jetés à la côte. On se précipita.
Au pied des hautes falaises de Stang ar Prat, la mer déferlait sur des coques immergées. Le coup de vent de nord-ouest, qui depuis la veille manifestait sa violence, avait, au cours de la nuit, entraîné vers les rochers les cinq bateaux suivants :
Coli, dundee de 40 tonneaux, patron Jean Kersalé;
Pilon, dundee de 29 tonneaux, patron Jules Graveran ;
Jean-Jaurès, dundee de 26 tonneaux, patron Alain Crissin;
Pomone, sloop de 14 tonneaux, patron Pierre-Marie Belbéoch;
René-Madeleine, sloop de 8 tonneaux, patron Jean Marchand.
Le vent était à présent, bien moins violent, mais les vagues étaient toujours fortes. Chacune d'elle soulevait les coques pour les laisser retomber brutalement sur les pointes rocheuses. Et chaque coup retentissait cruellement dans le cœur des équipages, témoins impuissants de cette lamentable agonie.

C'était là, hier encore, de beaux voiliers qui les portaient vers les parages les plus poissonneux et dont ils connaissaient bien les qualités; ce n'est plus aujourd'hui que de pauvres épaves sur lesquelles la mer s'acharne comme pour une revanche.

Les secours
Aucun moyen d'intervenir avec les seules ressources du port. Le remorqueur de sauvetage Tourbillon, qui depuis trois semaines stationnait à Camaret, avait appareillé la veille pour la haute mer.
On s'en fut demander à M. l'administrateur de la marine de réclamer du secours à Brest. L'appel étant urgent, le vice-amiral préfet maritime envoyait sur les lieux le Haleur, de la direction des mouvements du port.
Peu après, le remorqueur Roscanvel, de l'Union française maritime, quittait également le port de commerce de Brest.
A midi, le Jean Jaurès était renfloué et conduit à l'abri du sillon. Il avait reçu de nombreuses avaries. Bien moins cependant que le Pilon qu'il fallut garnir de barriques vides pour pouvoir le conduire pour échouage vers le fond du port.
Toute autre intervention paraissant inutile, le Haleur regagnait Brest vers 13 heures.
En arrière des viviers flottants, le grand dundee Coli, entièrement submergé, semble être complètement défoncé.
Au pied de la même falaise, le René-Madeleine et le Pomone voisinent à demi-renversés.
On craint que les produits de la pêche de ces navires, encore enfermés dans leurs flancs, ne soient également perdus.
Il a plu tout le jour avec une rare abondance et cependant les marins se sont obstinés à suivre avec tristesse la fin douloureuse de leurs bateaux.
Dans l'après-midi, à marée haute, ils évoluaient alentour, dans des canots à moteur, certains de leur impuissance, mais quand même présents.
Durant la même période, la toiture du sémaphore a été enlevée par la bourrasque et des poteaux qui supportaient des lignes téléphoniques ont été abattus.

A Morgat

Une chaloupe se brise sur les récifs
Morgat, la chaloupe Fend-les-Vagues, de 13 tonneaux, patron Joseph Keraudren, a été jetée à la côte et brisée.


Camaret    Morgat    tempête    pêche                   

article issu de : La Dépêche de Brest    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.