Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 3278

Formation d'un nouveau syndicat à Camaret.

14/01/1934 

BREST

La grande misère des pêcheurs langoustiers
RÉUNIS AU NOMBRE DE 600, LES PÊCHEURS CAMARETOIS SE GROUPENT EN SYNDICAT

CAMARET, 13 janvier (De notre envoyé spécial). — Lorsque nous arrivons de bon matin, à Camaret, le joli port repose paisiblement sous un soleil encore timide. Quelque 150 bateaux, sloops et dundees alignés les uns près des autres perpendiculairement à la jetée et au quai Gustave Toudouze, dressent leur forêt de mâts vers le ciel bleu, tandis que les pêcheurs flânent çà et là par petits groupes.
Le port semble plongé dans une sorte de léthargie, mais celle-ci n'est que passagère. Dans quelques jours, les pêcheurs camaretois feront leurs préparatifs de départ pour une nouvelle campagne de pêche sur les côtes d'Angleterre, du Portugal ou du Maroc. Ce n'est pas sans anxiété qu'ils prendront la mer après avoir fait de nouveaux frais d'armement, car l'avenir se présente pour eux sous le jour le plus sombre.
Comme leurs camarades des autres ports bretons, les langoustiers camarétois se trouvent actuellement plongés dans la misère et toute la vie du pays s'en ressent. L'étranger leur fait, comme nous l'avons dit déjà, une concurrence mortelle qui va chaque jour en s'accentuant. C'est ainsi que la pêche qui avait rapporté 12 millions à Camaret en 1932 est tombée à 5.500.000 francs en 1933 pour une quantité de crustacés nettement supérieure.

La concurrence étrangère
L'on comprendra aisément la raison de la baisse du produit de la pêche des Camaretois lorsque l'on saura que pendant la même année 1933, il n'a pas été débarqué dans le seul port de Camaret moins de 78 tonnes de langoustes et de homards de provenance étrangères, notamment achetées en Irlande et en Angleterre par deux mareyeurs du pays. A cela viennent s'ajouter sur le marché de Paris les importations norvégiennes de homards par le canal de la Belgique, pays avec lequel nous avons un traité de commerce.
Pour ne citer qu'un exemple, pendant la période des fêtes de Noël et du Premier de l'An, il n'a pas été introduit moins de 10 tonnes de homards de Norvège dans la capitale. Enfin, depuis quelques mois, une concurrence particulièrement redoutable est faite aux pêcheurs bretons par des importations massives de queues de langoustes frigorifiées provenant en grande partie de la colonie anglaise du Cap. Le résultat est que par suite de l'abondance des langoustes et homards sur les différents marchés, les prix s'avilissent, au point que les cours qui étaient l'année dernière à la même époque de 30 à 32 francs le kilo à Paris, sont actuellement ramenés à 14 et 16 frs.
D'autre part, une société importatrice de queues de langoustes frigorifiées paye actuellement 140 francs net la caisse de 13 kilos 600 soit environ 10 fr. 50 le kilo.
Les mareyeurs ayant acheté la langouste aux pêcheurs bretons à des prix plus élevés, il y a quelques mois, ne peuvent plus écouler leurs stocks et restreignent actuellement au minimum leurs achats à ces derniers.

LES PÊCHEURS SONT DÉCIDÉS A DÉFENDRE LEURS DROITS
Cet exposé rapide de la situation des pêcheurs langoustiers montre combien elle est critique, les prix pratiqués actuellement ne permettant plus à ces derniers de couvrir leurs frais qui sont considérables. C'est la misère pour eux et leurs familles. Bien que ce lamentable état de choses ait été à de nombreuses reprises, déjà signalé aux pouvoirs publics, ceux-ci n'ont encore pris aucune mesure pour protéger les pécheurs bretons, bien au contraire, puisque le Gouvernement a supprimé dernièrement la taxe de 15 % ad valorem sur les importations étrangères qui ne supportent plus qu'une taxe ridicule de 0 fr. 75 par kilo. Pendant ce temps, les pécheurs bretons paient 33 % de droits d'entrée lorsqu'ils veulent écouler leurs crustacés en Angleterre.

Les esprits sont actuellement très montés à Camaret et si des mesures énergiques ne sont pas prises par les pouvoirs publics pour les protéger, nos braves pêcheurs pourraient finir par se départir de leur calme habituel et s'opposer par la force au débarquement des crustacés étrangers dans leur port.
En attendant, ils se sont décidés à se syndiquer pour mieux faire entendre leurs voix et nous ne pouvons que les féliciter de cette initiative qui sera sans doute suivie par leurs camarades des autres ports langoustiers.
La formation de ce syndicat qui devait être réalisée le jour même, faisait l'objet de conversations animées hier matin sur les quais du port. Tous les pêcheurs en étaient partisan, c'est dire qu'il devait y avoir du monde à la réunion annoncée nour l'après-midi par le tambour de ville.

L'assemblée générale de la mutuelle « L'Avenir »
Celle-ci a été précédée à 13 h. 30 par une assemblée générale des sociétaires de la mutuelle « L'Avenir » dans la salle de Venise, quai Toudouze; plus de 600 pêcheurs patrons et matelots y assistaient. C'est dire que tous ceux qui ne se trouvaient pas à la mer y étaient réunis.
[...]
L'assemblée ratifie par ses applaudissements, la proposition du bureau et M. Le Baigue passe ensuite au bilan de l'année 1933 dont il donne lecture.
[...]

La formation du syndicat
Mais l'assistance demeure dans la salle, dans l'attente de la réunion qui doit faire immédiatement suite à cette assemblée générale et au cours de laquelle doit être formé le syndicat des pêcheurs camarétois.
M. Saix quitte la salle en même qu'une délégation de pêcheurs douarnenistes prend place au bureau. Elle est conduite par M. Jules Schemitt, mareyeur, membre de la Chambre de Commerce de Quimper et conseiller du commerce extérieur de la France. Elle comprend en outre MM. Jean Arvor, Yves Moallic, Eugène Kernaléguen et Joseph Hascoet.
M. Schemitt prend la présidence et ouvre la séance.
Nous donnerons demain son exposé.

La formation du bureau
Après avoir rappelé son intervention près des pouvoirs publics en vue de l'unification de la limite des eaux territoriales françaises et espagnoles et avoir rappelé que les Norvégiens avaient répondu au projet des pêcheurs bretons qui avaient eu l'intention d'aller exercer leur métier sur leurs côtes, en portant à 4 milles la limite de leurs eaux territoriales, M. Schemitt déclare à nouveau que seul le contingentement des importations étrangères pourra remédier à la situation actuelle.
Les intérêts des mareyeurs et des pêcheurs étant communs, il engage ces derniers à se grouper en un syndicat.
Aux acclamations des 600 personnes présentes l'on passe ensuite à la formation de ce groupement qui portera le nom de syndicat de défense des pêcheurs langoustiers de Camaret.
Voici la composition de son bureau :
Président : M. Pierre Raguenès, patron pêcheur ; vice-présidents : MM. Félix Le Bris, matelot et Pierre Kersalé, patron pêcheur ; secrétaire-trésorier : M. Le Baigue ; membres : MM. Emile Marzin, patron pêcheur ; François Vigouroux, et François Salaun, patron pêcheur ; Louis Sezellec et Pierre Marchand, matelots.
Ce syndicat aura pour seul objet la défense des intérêts professionnels de ses membres. Les cotisations sont fixées à 5 francs par an, par homme d'équipage et par part. Les statuts du nouveau syndicat seront approuvés lors d'une prochaine assemblée générale, au cours de laquelle seront émis des voeux qui seront ensuite présentés au ministre de la Marine marchande, à Paris, par une délégation du bureau.
(A suivre)

Camaret    pêche    langouste    association                   

article issu de : Ouest-Éclair    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.