Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 3498

450 écoliers sur la plage de Trez Rouz.

06/08/1937 

BREST

Promenades des vacances
Garçons et filles des écoles communales avaient été conviés mercredi à la première sortie de l'année et l'on avait indiqué comme but d'excursion la plage de Trez-Rouz. Dès 7 h. 30, les premiers groupes arrivaient devant les bureaux des Vapeurs brestois, en légère avance sur l'horaire, ce qui déjà marquait l'enthousiasme que suscitent ces petits voyages. A 8 heures, toutes les écoles étaient là, représentées par des groupes plus ou moins compacts, mais garnissant le « Crozon » méthodiquement et en bon ordre. Cinq minutes de grâce pour des retardataires, s'il y en avait, et l'amarre est lâchée.
Peu de bruit, peu de mouvement d'abord; seuls les yeux scrutent le paysage, qui s'agrandit en quittant le port. Puis ce sont des exclamations, des explications, des questions.
Voici Quélern à marée basse. Le « Crozon » accoste tout de même. Tout le monde descend. En bon ordre, les petites filles en tête pour régler l'allure, les 450 petits touristes attaquent les trois kilomètres qui séparent Quélern de Trez-Rouz.

Vous dire la journée passée à Trez-Rouz par un temps radieux ! Non, la joie de ces enfants ne se décrit pas; il fallait être là pour les voir aux prises avec quelque crabe, à la poursuite d'un pauvre « gobi » resté dans une petite flaque d'eau, et pour les entendre quand, à la baignade, les vagues inondaient à demi leur petite taille. Qu'elles devaient leur paraître grosses ces vagues ! Et l'appétit ? Que c'est touchant de voir la grande soeur qui soigne et gourmande le petit frère; quand ce n'est un grand frère qui sert, et avec quelles attentions, une petite soeur ou un frère.
Le retour est plus morose; il y a du regret et un peu de fatigue. Bien sûr qu'on chante tout de même, mais sans joie. Un gros garçon, en sortant du bateau, pleurait à chaudes larmes : « J'ai un coup de soleil ». Et, en effet, le soleil avait bruni les teints, mais il avait tapé trop fort sur les bras et le dos de quelques petits imprudents. Ne nous plaignons pas. Souhaitons même qu'il soit aussi brillant pour la semaine prochaine, lorsque nous irons à Brignogan. Les petits imprudents ne se laisseront pas prendre une autre fois.



Camaret    Brest    Quélern    enfant    tourisme               

article issu de : La Dépêche de Brest    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.