Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 3528

Inauguration de l'abattoir de Camaret. Un bœuf sacrifié.

01/08/1938 

La région bretonne

L'inauguration des nouveaux abattoirs de Camaret
Camaret inaugurait hier ses nouveaux abattoirs.
[...]
En auto, la municipalité et ses invités* se rendent aux nouveaux abattoirs, près du village de Kermeur, à environ deux kilomètres de Camaret. L'abattoir est décoré de pavillons multicolores.
M. Téphany fait les honneurs du nouvel établissement. M. Minaud fournit les explications techniques.

Les nouveaux bâtiments
A droite de l'entrée se trouve le logement du gardien. A gauche, les écuries pour bêtes à cornes, moutons, veaux et porcs.
Au fond, le hall d'abattage, muni d'un équipement mécanique moderne système Diemer.
A côté, la pièce où seront sacrifiés les porcs, avec une cuve à échauder; puis la charcuterie, une pièce où seront entreposées les peaux et un incinérateur avec autoclave pour brûler les déchets.
Tous ces services et leurs annexes sont alimentés en eau sous pression par une auto-pompe qui amène l'eau d'un puits dans un réservoir placé sous le toit.
Une fosse d'épuration permet de se débarrasser des eaux usées. Tout a été étudié avec le plus grand souci d'hygiène par l'Omnium d'études techniques à qui le projet avait été confié. Les plans sont dus à MM. Combarrieu et Lahorre, et la réalisation à l'Union des services publics, dont M. Jacques Luchaire est l'administrateur délégué.
Les constructions ont été édifiées par la société Laborderie frères et Minaud, avec le concours de M. Joncour, entrepreneur à Quimper.
Ces maisons ont offert, après la cérémonie un banquet à la municipalité et ses invités, mais comme elles ne pouvaient y convier toute la population, elles avaient eu l'heureuse idée d'offrir à celle-ci le premier animal sacrifié aux nouveaux abattoirs.

Le sacrifice
Un superbe bœuf attendait placidement la mort sans manifester d'impatience. On le fit passer sur la bascule qui accusa 381 kilos, et il fut conduit dans le hall d'abattage.
D'un seul coup de mailloche habilement appliqué, le sacrificateur étourdit la malheureuse bête, qui s'ëcrouia, et rapidement égorgée, fut suspendue à des crocs et montée à l'aide d'un treuil à hauteur convenable pour permettre au boucher de la dépecer commodément.
Suspendus au birail fixé au plafond, les quartiers circulèrent ensuite aisément sur cette voie et furent descendus directement dans une voiture par un seul homme.
On procédera aujourd'hui ou demain à la distribution de cette viande de 1er choix à la population.

LE BANQUET
Le banquet avait lieu à 13 heures, à la salle de Venise. Cent deux convives prirent place autour des tables fleuries dressées dans la vaste salle de bal, décorée de guirlandes du plus heureux effet. [...]

Les discours
M. Tephany, maire de Camaret, prend le premier la parole :
[...] Camaret avait le plus pressant besoin d'être doté d'un abattoir moderne offrant toutes les garanties d'hygiène.
Cet établissement, parfaitement étudié et conçu, fait honneur à nos ingénieurs avertis et spécialisés de l'Omnium d'études techniques de Paris et aux constructeurs qu'ils nous ont proposés pour son exécution; il va nous permettre de supprimer trois tueries établies dans la localité et de donner ainsi plus d'hygiène à la population de notre commune.


Le manque d'eau douce ne donnait pas toujours à nos bouchers la possibilité, malgré toute leur bonne volonté, de tenir leurs locaux aussi proprement qu'ils l'auraient désiré, aussi sommes-nous satisfaits de la réussite de nos démarches et d'avoir atteint le but que nous nous proposions.

[...] Nous avons actuellement à l'étude d'autres projets importants. L'agrandissement de notre école, insuffisante pour la commune, s'impose pour nous permettre de répondre aux décrets prolongeant la scolarité de 12 à 14 ans. Nos habitants désirant donner à leurs enfants une instruction plus étendue que celle qu'ils reçoivent à nos écoles communales, sont contraints de les faire instruire dans d'autres villes et de subir, par suite, des sacrifices pécuniaires, souvent pénibles pour uns agglomération composée en majeure partie de marins pêcheurs, dont les ressources et les gains sont souvent bien maigres. Nous attendons impatiemment l'approbation de nos plans soumis à l'étude depuis bientôt deux ans et plusieurs fols remaniés.
Cette construction s'imposant, et sans retard, comme l'a si bien compris notre préfet, M. Angeli — J'ai eu sa promesse, au cours d'entretiens récents, qu'il mettra tout en oeuvre pour qu'une satisfaction nous soit accordée très rapidement.
Dès l'approbation du projet obtenue, nos ingénieurs-conseils nous garantissent que les travaux seront conduits aussi rapidement que ceux de notre abattoir.

[...]
Le maître Saint-Pol-Roux prononce l'allocution suivante :
[...] Et maintenant, vous les nécessaires sacrificateurs de ce monument où la force animale va se mettre au service de la faiblesse humaine, amis Quentric, Férec, Le Hir, Duffic, Hascoët, bouchers de Camaret, qui fermerez la porte suprême sur le bœuf gras des jours de liesse, le mouton des prés salés ou non, le cabri fragile des pâques fleuries, soyez doux à ces hôtes d'une heure bêlant et meuglant après le tiède calme de l'étable et l'herbe tendre des prairies, soyez doux jusqu'à l'éclair fatal du sacrifice rouge; amis bouchers, soyez doux aux innocentes bêtes éperdues, dont le sombre destin est de mourir pour nous faire vivre, nous les hommes...
A vous toutes, mesdames ! A vous tous, messieurs !

[...]
Le sous-préfet de Châteaulin [...] cite en exemple le maire de Camaret que, lui aussi, félicite pour toutes les améliorations apportées à sa commune dont le développement est inévitable en raison du commerce de son port et des touristes qui le fréquentent, mais encore par la proximité de la base aéronautique de Lanvéoc-Poulmic, qui ne manquera pas d'augmenter sa population. L'administration supérieure, ajoute-t-il, se fera un devoir d'apporter son concours dévoué à la population laborieuse et vaillante de Camaret.
Il termine en levant son verre à la santé du maire et du conseil municipal et en portant un toast à la République et à celui qui l'incarne si noblement : M. Albert Lebrun.
Tous ces discours sont très applaudis.
M. Tephany remercie les orateurs et M. Colas, qui a offert une de ses toiles. Et, le soir, cette belle fête locale se termina par un bal animé qui se prolongea tard dans la nuit.



 
* sous-préfet, députés, sénateurs, maires de la presqu'île, etc.

On trouvera dans la Dépêche du 13 août 1938, p.5, l'arrêté municipal très détaillé pris par le maire de Camaret, considérant qu'il rentre dans les attributions de l'autorité municipale de prescrire les mesures de salubrité et de sécurité publiques qu'exige le libre exercice de la profession de boucher ou de charcutier.
 
Camaret    politique    santé    école                   

article issu de : La Dépêche de Brest    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.