Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 3743

Un Telgrucien détenteur de deux révolvers est condamné.

23/03/1940 

BREST

TRIBUNAL MARITIME
Le tribunal maritime s'est réuni vendredi à 9 heures, sous la présidence du capitaine de vaisseau Franquet, adjoint au major général.
M. Huau, officier de justice maritime de 1ère classe, occupait le siège de commissaire du gouvernement, et le premier maître Stéphan celui de greffier.

UN ANCIEN COMMUNISTE DÉTENAIT DEUX REVOLVERS
Le 16 janvier, la police spéciale, procédant à une visite domiciliaire dans l'établissement tenu en garni par une dame Salou, découvrait dans la chambre de cette dernière, qu'elle partageait avec l'affecté spécial Louis Rampi, 38 ans, son ami, divers documents du parti communiste et deux revolvers des calibres 6 et 10 m/m, ce dernier du modèle 1873.
Interrogé sur la provenance de ces armes, Rampi, après avoir déclaré à la dame Salou, s'il faut du moins en croire celle-ci, qu'elles étaient des souvenirs de la guerre d'Espagne, reconnut qu'il ne les détenait que depuis très peu de temps.

Il prétendit qu'au début du mois de janvier, étant occupé à mettre de l'ordre dans la cave de l'immeuble de Mme Salou, il les y avait trouvées et en était ainsi devenu possesseur. Après les avoir conservées pendant quelques jours dans sa propre chambre, il les avait placées dans celle de Mme Salou.
Originaire de Telgruc, ancien adhérent du parti communiste, Rampi s'était engagé en novembre 1936 dans des brigades internationales d'Espagne et il fut blessé au cours de la guerre civile. Il déclare que sa démission du parti communiste date de six mois.
Rampi chômait depuis son retour d'Espagne, et il a été rappelé sous les drapeaux le 8 septembre 1939 comme réserviste de l'armée de mer. Les renseignements recueillis sur lui dans la vie civile sont vagues.
Défenseur, M. Kerneis.
Rampi est condamné à 50 fr. d'amende pour détention illicite d'armes de la première catégorie; mais cette peine sera transformée en celle d'un mois de prison.

Telgruc    politique    guerre    procès                   

article issu de : Ouest-Éclair    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.