Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 473

Tentative d'assassinat à Argol : la justice enquête sur place.

03/01/1895 

Gazette bretonne - Finistère

Argol. — Le parquet de Châteaulin s'est transporté, le jeudi 27 décembre, au bourg d'Argol, où une tentative d'assassinat avait été commise par un ivrogne sur la personne de l'abbé Dagorn, recteur de Landévennec.
Voici dans quelles circonstances:
M. Dagorn et M. Pailler, vicaire à Argol, se trouvaient le mercredi 26, vers quatre heures du soir, chez Mme veuve Kerest, commerçante au bourg, Quelques instants après, le nommé Jacques G., cultivateur à Quélérec, entra à son tour.
Il revenait de la chasse et était très surexcité par la boisson : « Il faut que je les tue », dit-il à Mme Kerest, en parlant des deux prêtres.
Celle-ci, voyant l'état dangereux inconscience où en était arrivé l'ivrogne, le fit sortir de chez elle et le conduisit, avec l'aide d'un nommé Millour, à l'auberge de la veuve Mérour, située à l'autre bout de la place. Elle mit quatre sous sur le comptoir pour payer aux deux hommes une consommation et retourna chez elle.
Pondant сe temps, l'abbé Pailler s'était rendu chez Gallou et l'abbé Dagorn au bureau de poste. Il revenait et se trouvait à environ quatre mètres de la porte du cimetière quand G., qui se tenait à l'entrée du débit Mérour, et dont la nouvelle consommation qu'il venait de boire avait augmenté le délire furieux, tira tout à coup sur l'abbé Dagorn un coup de fusil.

La charge de plomb atteignit l'abbé Dagorn à la tête et au côté droit de la poitrine. Il entra dans le cimetière et s'affaissa, perdant beaucoup de sang. Le nommé Marc'hadour avait vu G. tirer. Il courut au secours de la victime qu'il transporta, avec l'aide d'autres personnes, au presbytère. Le médecin de la marine à Landévennec fut mandé en toute hâte. Il arriva le soir même et donna ses soins au blessé. Il déclara que les blessures du prêtre étaient heureusement sans gravité et que sa vie ne courait aucun danger.
Le coup de fusil avait été tiré à 40 mètres et 18 grains de plomb n°3 s'étaient logés autour de la tête et en divers endroits du corps. Ils n'ont pu être extraits.
Toutes les fois qu'il est ivre, G. est brutal. Il menace les gens de son couteau, ou de toute autre arme qu'il a en sa possession. Il a déjà été condamné à l'emprisonnement pour avoir porté des coups de couteau au cours de doux rixes qu'il a eues précédemment.
On voit à quels actes peut entraîner l'ivresse. De tels faits devraient faire réfléchir les buveurs.



photo Jos Le Doaré, Châteaulin
 
Le sieur G. a été condamné à 10 ans de réclusion.
Vous pouvez lire le récit très détaillé de l'audience sur 3 colonnes, intitulé "Le crime d'Argol", dans Le Finistère du 7 février 1895.
 
Argol    fait divers    religion                       

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.