Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 607

Accident au port de commerce de Brest.

25/10/1894 

Le drame de la jetée de l'Ouest

Un bateau brisé. — Deux noyés Emporté par une lame. — La mort d'un mousse. Lutte désespérée. — Sauvetage impossible. — Deux cadavres.
[...] la tempête a causé hier un épouvantable accident. Le bateau de pêche Saint-Yves, de Camaret, a été jeté sur les rochers de la jetée de l'Ouest et deux jeunes marins, deux enfants, se sont noyés.
Le Saint-Yves avait été construit le 28 juillet 1893 à Camaret. Il jaugeait 2 tonneaux 78. Il appartenait au patron Alix (Sébastien), de Camaret, qui le montait avec son fils Hervé, âgé de 12 ans, et un jeune matelot de 17 ans, Damoy (Alain), qui naviguait depuis un an.
Le Saint-Yves avait quitté Camaret avant-hier pour faire la pêche. Le mauvais temps le surprit. Fuyant devant le vent, il fit route sur Brest et, à deux heures de l'après-midi, il mouillait dans le petit bassin du port de commerce, sous le Château.
La nuit se passa sans encombre, mais hier matin, à onze heures, le patron Alix, voyant la mer démontée, jugea bon de prendre des précautions. Il sauta à terre en disant à son fils de lui jeter une amarre pour amarrer solidement le bateau au quai.
Précaution superflue : un paquet de mer survint presque aussitôt, qui brisa l'amarre comme un fétu de paille et emporta le Saint-Yves, sur lequel se trouvaient le jeune Alix et le matelot Damoy.
Ballotté par les lames, entraîné par le courant, la chaloupe était perdue. Sortant du bassin, elle piqua droit sur la jetée de l'Ouest, où elle devait fatalement se briser.

Horrible drame
Fou de désespoir, le patron Alix et une vingtaine de personnes qui se trouvaient là assistaient impuissants à ce drame. L'état de la mer rendait tout secours impossible et la tempête achevait son œuvre.
Le Saint-Yves, porté avec violence sur les rochers de la jetée, s'entr'ouvrit dans toute sa longueur. Les deux malheureux qui le montaient furent projetés sur les rochers. Damoy, dont la tête avait porté, disparut aussitôt, emporté par une lame. Le jeune Alix lutta désespérément.

On vit d'abord le jeune mousse cramponné à la quille, appelant au secours. Il disparut un instant, puis il reparut, se tenant au mât. Cette horrible lutte dura près d'un quart d'heure, un siècle pour le malheureux père ! Elle se termina, on le devine, par la disparition définitive du mousse.
La mer commençait, à ce moment, à descendre. A midi 15, les deux corps, toujours ballottés par les flots, furent apportés par une lame sur la grève du Château. On les transporta aussitôt dans une des salles du bureau des ponts et chaussées, on alla chercher le docteur Hébert, mais, malgré tous les soins qui leur furent prodigués, on ne put les rappeler à la vie.
Les cadavres étaient couverts de contusions. Damoy, qui a dû être tué sur le coup, avait une partie du cuir chevelu enlevée.
Les constatations légales ont été faites par M. Caubet, commissaire du 1er arrondissement, assisté du docteur Hébert. Les formalités accomplies, les deux cadavres ont été transportés à l'hospice civil.
Les obsèques auront lieu aujourd'hui, à Brest. L'heure n'était pas fixée hier soir.

Pour ceux qui restent
Un autre malheur vient s'ajouter pour le patron Alix à celui d'avoir vu mourir son fils sous ses yeux. Le pauvre homme, dont la douleur est épouvantable, n'avait que son bateau pour nourrir sa femme et ses cinq autres enfants. Le Saint-Yves, qui valait 1.200 fr., était son seul gagne-pain. Le voilà dans la misère.
C'est le côté poignant de ces drames de la mer. L'Océan ne prend pas seulement les hommes ; il engloutit aussi la barque, l'instrument de travail. A ceux qui restent, à la mère en larmes, aux petits trop jeunes encore pour la pêche, il laisse le dénûment.
Nos lecteurs ne sont jamais restés insensibles à de pareilles infortunes. Nous leur recommandons tout particulièrement aujourd'hui le patron Alix et sa nombreuse famille. Nous recevrons avec reconnaissance toutes les sommes qu'on voudra bien nous adresser pour eux.
C'est une bonne action qui adoucira, dans une certaine mesure, le malheur qui vient de frapper ces braves gens.


 
Le 18 mars 1895, la Dépêche de Brest annonce le montant total de la souscription : 2.952,20 fr.
 
Camaret    Brest    noyade    enfant    secours    tempête           

article issu de : La Dépêche de Brest    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.