Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 646

Gros dégâts à Camaret suite à la tempête.

06/10/1896 

La tempête.

On nous écrit de Camaret, le 5 : — L'ouragan qui s'est déchaîné hier sur nos côtes a occasionné Camaret de nombreux et sérieux dégâts. Le vent du sud-ouest a soufflé en grande brise jusqu'à une heure de l'après-midi. A ce moment il a passé au nord-ouest. Il y a eu une accalmie de quelques minutes, puis la tempête a commencé. La mer est devenue tout à coup affreusement grosse. Des lames énormes déferlaient sur les quais. Bientôt le bureau de la marine était entouré par l'eau. On dut fermer les croisées du rez-de-chaussée. Les lames venaient battre les vitres et déposaient du goëmon sur les appuis.
La traversée du Sillon était presque impossible. Des lames de plus de soixante mètres de haut, emportant avec elles de gros galets, brisaient tout ce qu'elles pouvaient atteindre.
Beaucoup de canots, quatre navires, dont un de 250 tonneaux, étaient en réparation dans le port. Ils furent violemment lancés contre la jetée.
Vers trois heures de l'après-midi un grand lougre, la Marie-Angelina, de Nantes, monté par six hommes, et allant de Swansea à Vannes, avait ses chaînes brisées et venait faire côte sur la Mort-Anglaise. La mer buttait avec fureur la falaise. Il n'y avait pas de sauvetage possible. Entre deux lames un coin de galets restait à sec.

Les hommes du bord allaient essayer d'y atterrir, quand arrivèrent sur la côte les nommés Largenton (Hervé), Kerspern (Hippolyte) et Raoul (Louis). Ils firent comprendre à l'équipage en péril qu'il devait se résigner à attendre la marée basse ; mais le capitaine voulut voir si l'atterrissage était véritablement impossible. Il jeta son chien à la mer. Le chien nagea désespérément vers la terre, mais ne put aborder. Il finit par se noyer.
Cependant le navire se démolissait peu à peu ; le grand mât tombait, le roufle était enlevé. L'impatience de l'équipage augmentait de minute en minute. M. Lesperon, commissaire de l'inscription maritime, était depuis longtemps sur les lieux. Il engagea quelques riverains à descendre sur la grève. Il y descendit lui-même. Le chemin n'était pourtant pas facile. On réussit à établir un va-et-vient et les six hommes prirent bientôt pied sur la grève. M. Maçon, lieutenant des douanes, était présent avec sa brigade. Elle avait amené un canon porte-amarre; on n'eut pas besoin d'y recourir. M. l'enseigne de vaisseau Raoul était accouru un des premiers sur la côte.

On a trouvé ce matin sur notre littoral une barre de gouvernail semblable à celles qu'on emploie sur les bateaux de Douarnenez. Elle est couverte de damiers peints en blanc.

Camaret    tempête    sauvetage    à la côte                   

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.