Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Les articles commentés de la presse ancienne

les commentaires les plus récents en premier

 

Pour retrouver un article dans son contexte chronologique, cliquez sur son numéro.

 

  n° 1645 Réponse du patron syndiqué à l'armateur camarétois. 04/09/1898   

Chronique locale

TRIBUNE LIBRE
Incident de pêche


Nous recevons la lettre suivante :

Monsieur le rédacteur en chef, M. Aubert, armateur d'un bateau de pêche, me prend à partie parce que j'aurais, d'après lui, menacé à diverses reprises le patron de son bateau. J'ai, en effet, dit à ce patron que s'il se servait de mon canot sans ma permission, je l'appellerais au tribunal (je ne sais si j'ai spécifié en correctionnelle ou justice de paix). J'avoue ne pas être, comme M. l'armateur Aubert, ferré sur ces définitions, mais je crois avoir le droit de disposer de mon canot en faveur de qui je voudrai.

J'ajouterai que notre syndicat punit d'une amende de cinq francs tout patron syndiqué qui donnerait passage, sur son bateau, à un patron non syndiqué, et M. Aubert juge cela une décision contre l'honneur.
Eh ! bien, n'en déplaise à M. Aubert, c'est grâce à ces gens syndiqués qu'il obtient cinq francs du mille de sardines pêchées par son bateau ; sans eux, il n'en aurait eu que 2 fr. 50 ou 3 fr., comme les autres. Mais les syndiqués versent par mois une cotisation, tandis que lui ne verse rien. Il vit, par conséquent, aux crocs de ces gens qu'il semble vilipender.
Où est donc l'honneur ?
GUÉGUINOU
Fait à Camaret, le 2 septembre 1898
 


Camaret    pêche    association                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

Commentaires
La chaloupe sardinière que l'on voit au premier plan, n° 733, est "le Seigneley", patron Joseph Lescop.
Josette, de Camaret

 

 

  n° 993 Un enfant tombe du quai de Morgat. 06/07/1898   

Gazette bretonne - Finistère

Morgat (en Crozon). — Le 2 juillet, la femme Le Breton ayant eu besoin de s'absenter confia son jeune enfant à sa sœur ; mais il trompa la surveillance de celle-ci, partit sur le quai, finit, en jouant, par se rapprocher du bord et tomba sur la grève d'une hauteur de trois mètres environ. Il était resté, la tête dans une flaque d'eau, et allait périr asphyxié, quand le nommé Jules Hervé, marin-pêcheur, alla à son secours et le sauva.

 



MORGAT. Le port vers 1900.
Morgat    fait divers    enfant                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

Commentaires

Jules Hervé était mon arrière-grand-père maternel ! Je ne l'ai moi-même pas connu, mais il semblait, aux yeux de ses petits enfants, être un personnage un peu intimidant. On le décrit avec ses sabots et son grand béret noir méticuleusement formé devant, comme tous les pêcheurs. Il apparaîtrait même comme figurant dans un film très ancien sur la pêche à Morgat ou Douarnenez. Je suis très émue de le retrouver ici dans son quotidien !
Un grand merci pour ce travail que j'imagine énorme... j'y suis tout le temps plongée !
Annick Lannuzel-Kerdraon-Le Bris-Hervé

>>> Ce qui serait extraordinaire, ce serait qu'un ou une descendant(e) du petit Le Breton de 1898 tombe sur votre message !

 

 

  n° 1848 Nouveau langoustier lancé à Quélern, en Roscanvel. 06/05/1903   

Nouvelles départementales

Roscanvel
Lancement d'un bâtiment. — Il a été procédé, hier, au lancement d'un bateau-vivier des chantiers de M. Auguste Lahaie, à Quélern.
Ce navire, qui jauge 19 tonneaux 51 et dont la coupe gracieuse rappelle celle de nos yachts, sera, aux dires des amateurs, d'une marche supérieure et d'une solidité à toute épreuve.
Il a été baptisé Forban et appartient à M. Nicolas, pilote à Brest ; il est destiné à la pêche des crustacés sur les côtes d'Angleterre.


  


Roscanvel    Quélern    pêche    constr. navale                      

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

Commentaires
La photo, qui accompagne le texte ci-dessus ne concerne pas le chantier d'Auguste Laé, mais celui de Joseph Keraudren situé à Garrec Zu, après l'étang de Quélern en allant vers Crozon.
J'ai fait la même erreur il y a deux ans en achetant la photo, mais la position relative des iles montre bien qu'il ne peut pas s'agir du chantier de l'oncle Auguste.
Cordialement
Sylvain Le Bihan

>>> Merci beaucoup pour l'information. A vrai dire, nous n'étions pas sûrs que cette photo soit la bonne illustration pour cet article.
Nous la déplacerons quand nous aurons trouvé un article sur le chantier de Joseph Keraudren, ou si nous trouvons une photo du chantier d'Auguste Laé.


Il y a des cartes postales, qui permettent de voir, de loin, le chantier d'Auguste Laé, simple construction de bois de 6 m x 12 m, couverte de tuiles. Elles figuraient sur un site, que je n'ai pas retrouvé, signé Gaelle. Elles sont aussi visibles sur le site du patrimoine : Numéros 5 et 6.
Par ailleurs, du temps d'Auguste Laé le chantier concurrent était celui de François Keraudren; je me suis trompé de prénom.
Sylvain Le Bihan

 

 

  n° 1377 Naufrage fatal à l'île-Longue, en Crozon. 25/03/1859   

Faits divers

L'Océan, de Brest, annonce qu'un affreux malheur a eu lieu dans la rade de Brest. Un petit bateau plat, remplaçant le bateau de service habituel, et se rendant de Quélern à Brest, a chaviré entièrement près de l'île Ronde.
L'embarcation n'était conduite que par le patron [Alavoine] et un jeune matelot ; il y avait huit passagers à bord : MM. Lemonnier, capitaine adjudant-major ; Nottet, capitaine ; Bassy, Benoît, sous-lieutenants, le caporal Renn, deux soldats et une marchande ambulante.
L'embarcation partit à dix heures et demie du matin de Roscanvel, et, après avoir viré deux fois de bord, arrivée à la hauteur de la pointe de l'île Longue, elle essaya de virer une troisième fois; la manœuvre, manqua pour n'avoir pas filé assez rapidement une écoute, et le bateau fut complètement chaviré.
Le caporal disparut, les autres passagers réussirent, ainsi que le patron et le matelot, à s'accrocher aux débris; la mer était très grosse, et à chaque instant ils étaient couverts par la lame.

La femme, hissée sur la quille, qui, au premier moment, s'élevait à fleur d'eau, tint avec beaucoup de courage pendant environ une demi-heure; mais le bateau s'enfonçant petit à petit, la malheureuse fut enlevée par une lame, et après elle le patron, puis M. Lemonnier.
M. Bassy, sachant nager, quitta le bateau et se mit, à l'aide d'un aviron, à essayer de gagner le rivage. On ne put le suivre des yeux en raison de l'état de la mer.
Cinq passagers étaient donc restés sur l'embarcation renversée et enfoncée de près d'un mètre lorsque, après environ une heure et demie depuis l'instant du sinistre, l'aviso à vapeur l'Elorn, prévenu par un douanier de la côte, vint les sauver : M. Nottet, capitaine ; M. Benoît, sous-lieutenant, les deux grenadiers, le matelot. Ils reçurent à bord de l'Elorn les soins les plus empressés. On n'a pu retrouver M. Bassy. Dans ce sinistre, deux officiers, le caporal, une femme et le patron [Alavoine], père de six enfants, ont donc trouvé la mort.  


Naufrage près de la pointe de l'île-Longue, d'un canot transportant un détachement
du 7e de ligne de Roscanvel à Brest. Croquis de M. Kervelec.

Dessin paru dans Le Monde Illustré du 2 avril 1859 (Gallica)
Crozon    naufrage    sauvetage    péri en mer    transport    Quélern              

article issu de : La Presse (Paris)    

 

Commentaires

Bonjour,
Le patron "ALLAOUEN" est mon ancêtre Jean Baptiste Théodore ALAVOINE mari de Julie SERVAIN et fils de Joseph Etienne ALAVOINE maire de Roscanvel An8 de la République et de Marie Anne LE BOEDEC.
Sur son acte de décès du 22.03.1859 il est noté "noyé en rade". J'ai donc fait le rapprochement, aussi je vous remercie d'avoir ajouté cet article !
mcfil

>>> J'ai donc rendu, dans l'article, son identité à votre aïeul.

 

 

  n° 1104 Affaire Tailhade : le curé de Camaret ira aux Assises. 07/12/1903   
On trouvera ici l'explication de l'entrefilet du 2 septembre au sujet des fameuses espionnes anglaises

Chronique des Tribunaux

Brest, 6 décembre. — La politique du « bloc » a envahi les prétoires, de telle sorte qu'il suffit d'avoir, des sentiments religieux pour se voir dénier toute justice. M. l'abbé Le Bras, curé de Camaret, vient d'en faire une fois de plus la triste expérience.
Ayant été vilipendé dans une série d'articles de l'Action, le digne prêtre avait demandé réparation au tribunal de Châteaulin.
Ses intérêts avaient été soutenus par M. de Chamaillard, l'éminent sénateur du Finistère qui réclamait 2.000 francs de dommages-intérêts et cinq insertions du jugement dans les journaux du Finistère.
La cause était simple: M. l'abbé Le Bras avait été tout simplement accusé d'avoir soulevé les Camarétois pour faire assassiner deux Anglaises, venues en villégiature et qui n'accomplissaient pas leurs devoirs religieux.

A la grande stupéfaction du public le procureur s'était constitué le défenseur de l'Action et avait demandé que le tribunal se déclarât incompétent.
Les juges de Châteaulin ont adopté cette thèse. MM. Bérenger et Charbonnel, gérants de l'Action, et Laurent Tailhade, signataire des articles contré l'abbé Le Bras qui n'étaient pas venus devant le tribunal, sont déclarés indemnes.
C'est le diffamé qui paiera les dépens de l'instance.
Le tribunal lui donne, il est vrai, la ressource de traduire MM. Bérenger et Charbonnel devant la cour d'assises.
Nous croyons savoir qu'il en usera et que ses adversaires auraient tort de triompher, car il est à prévoir que le jury estimera qu'il existe encore une justice, même pour des prêtres.
                                                       De V... 

 
  L'abbé en a effectivement usé, mais à ses dépens : à l'audience du 12 janvier 1904, la Cour d'Assises du Finistère a acquitté MM. Tailhade et Bérenger, et condamné aux frais l'abbé Le Bras.
 
Camaret    Châteaulin    religion    procès                      

article issu de : Le Gaulois (Paris)    

 

Commentaires

Le nom de Laurent Tailhade devint un nom commun ! Un tailhade était un malappris, un grossier personnage.
Marcel Burel

>>> Merci pour cette édifiante précision, M. Burel !
J'en profite pour signaler aux personnes s'intéressant à Laurent Tailhade, votre article très complet à son sujet dans l'Avel Gornog n° 19, de juillet 2011.

 

 

  n° 971 Vol d'épave : 23 crozonnais se partagent un mât jeté à la côte. 16/01/1897   

Police correctionnelle. Tribunal de Châteaulin.

Audience du 14 janvier 1897.
[...] — Ménesguen (Jean), Ménesguen (Joseph), Kerdreux (Henri), Boucharé (Corentin), Boucharé (Joseph), Drévillon (Pierre), Drévillon (Corentin), Ménesguen (Jean-Marie), Boucharé (Jean), Ménesguen (Corentin), Drévillon (Jacques), Drévillon (Joseph), Ménesguen (Tanguy), Sénéchal (Bernard), Kerdommarec (Bernard), Ménesguen (Bernard), Kerdommarec (Alain), Drévillon (Jean-Marie), Keraudren (Tanguy), Le Marchand (Jean), Ménesguen Pierre), Kermel (Hervé) et Drévillon (Jean-Marie), tous marins-pêcheurs, demeurant à Rostudel, Ménesguen, Kerroux, Keravel et Kergonan, en Crozon, comparaissent pour vol d'épaves.

Voici dans quelles circonstances :
Le 5 décembre dernier, a fait côte sur la grève de Pors-Créguen, près du cap de la Chèvre, une vergue de basse voile, ayant 23 mètres de longueur sur 1 m. 70 de circonférence, prise au milieu. Entre dix et onze heures du matin, les sus-nommés se sont rendus à la grève et, armés de haches, l'ont dépecée et mise en lots. Le travail terminé, chacun a eu sa part d'épave, qu'il a transportée chez lui.
A l'audience, les inculpés reconnaissent le fait qui leur est reproché. Ils déclarent que ce mât, qui a été reconnu pour appartenir à M. Hollien, de l'Aberwrach, lui a été payé 100 fr.
Chacun d'eux s'entend condamner à 16 fr. d'amende avec sursis.  

Crozon    à la côte    procès                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

Commentaires

Mon père, Guilloux Maurice, descendant de toutes ces personnes, comme moi, nous emmenait toujours jusque dans les années 90 en ce lieu et nous remontions toujours du bois !

 

 

  n° 530 Pêche sur les roches de Pen Hir (Camaret) : un homme disparu. 31/07/1889   

Gazette bretonne - Finistère

Camaret, 29 juillet. — De notre correspondant : [...] « Dimanche dernier, 21 du courant, vers 9 heures du matin, le nommé Déjou[é] (Ludovic) dit Magorie, âgé de 33 ans, quittait sa demeure, située au village de Pen Hir, en Camaret, disant à sa femme qu'il allait pêcher dans les rochers et serait de retour pour midi. Vers le soir, comme il n'était pas encore revenu, quelques voisins se sont mis à sa recherche, mais sans succès. Les recherches ont continué le lendemain. Ce n'est que mardi matin que l'on a retrouvé le panier contenant les lignes du malheureux.

Ce panier était posé sur un rocher où Déjou[é] devait pêcher. Il fallait, pour y parvenir, grimper à environ cinq pieds. C'est en se hissant sur ce rocher, qui recouvre une grotte très profonde, que Déjou[é] sera tombé dans le gouffre. Le vent et la mer battaient alors et n'ont cessé depuis de battre en pleine côte.
On n'a encore pu se rendre en bateau sur le lieu de l'accident et le corps n'a pas été retrouvé.
Déjou[é] laisse une veuve sans aucune ressource avec deux jeunes enfants au berceau.
 

Camaret    noyade                              

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

Commentaires

Il s'agit de mon arrière grand-père, retrouvé mort sur la plage du Véryach, dit son acte de décès. Son épouse attendait leur troisième enfant, mon grand-père, né le 17 mars 1890. Il ne s'agit pas de Déjoué mais du nom de famille Déjou.
Merci car c'est formidable de pouvoir lire la vie de nos aïeuls !
Véronique

 

 

  n° 410 Un coupeur de goëmon se noie à Camaret. 03/04/1886   

Nouvelles et renseignements

Roscanvel. — Le 22 mars, dit l'Union républicaine, le nommé Alexis, Jean, âgé de 50 ans, cultivateur au village du [Litz], en la commune de Roscanvel, coupait du goëmon dans la grève de la Terre Rouge, non loin de sa demeure, en compagnie de plusieurs voisins. Ayant ramassé une certaine quantité de goëmon, ils placèrent le tout sur des branchages, de manière à le faire accoster à la marée montante.

[Alexis] et un nommé Le Bihan étant montés sur cette fragile embarcation pour la diriger quand, tout à coup, les branchages se partagèrent en deux et les deux hommes tombèrent dans la mer profonde à cet endroit de 3 mètres environ. Le Bihan put se sauver à la nage, mais le malheureux [Alexis] fut entraîné par le courant et son cadavre ne put être retiré de l'eau que quelques heures après. 

Roscanvel    noyade    agriculture                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

Commentaires
A priori il s'agit de Jean Alix (et non pas Alexis) et de Hervé Le Bihan, tous deux habitants le village du Lez en 1881. Hervé Le Bihan était le cousin de mon arrière-grand-père Yves Le Bihan. La grève de "la terre rouge" est probablement celle de Postermen ou en allant un peu plus en direction de la pointe des espagnols, où il y avait une mine de fer.
Cordialement.
Sylvain Le Bihan

 

 

 

 


 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.