Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île
contact

 

   revenir en arrière
 

L'éphéméride de la presqu'île

C'était un 06/07...

 

 

   

... il y a 127 ans

 
  Les risques de la pêche à proximité du fort des Capucins. 06/07/1893   

Gazette bretonne - Finistère

Camaret. 2 juillet. — On nous écrit :
« Du 26 au 2 juillet, pêche faible. Bateaux sortis, 70. Moyenne de poissons pêchés par bateau, 8.000 pour la semaine. Prix moyen par mille 12 francs.
« Vendredi la sardine avait donné d'assez bonnes marées à des bateaux qui étaient sortis par la basse mer.
« Hier beaucoup de pêcheurs se préparaient à faire comme la veille. Déjà 27 bateaux avaient levé la sardine, quand soudain le canon gronde au fort des Capucins. Un boulet vient ricocher parmi ces embarcations et chasse les poissons jusqu'au dernier.
Les patrons se sont empressés de se garer de la ligne de tir. Il fallait voir la désolation de ces marins qui, ayant rencontré la sardine qu'ils cherchaient sans succès avant ce jour, étaient chassés au moment où ils allaient gagner un peu d'argent.


« L'année dernière encore, un bateau de Camaret a eu sa voile traversée par un boulet. Il serait bien à désirer, dans l'intérêt de nos pêcheurs, que l'on changeât l'époque des tirs. Pourquoi ne se feraient-ils pas un mois plus tôt ? Les pêcheurs de Quiberon se sont trouvés, il y a quelques années, dans des conjonctures analogues. Leurs réclamations sont parvenues jusqu'au ministre de la marine qui a, paraît-il, obtenu de son collègue de la guerre, que ces tirs auraient lieu à une époque où la sardine ne se trouve pas sur la côte. »  



ROSCANVEL. Le fort des Capucins.
photo Jos Le Doaré, Châteaulin
Camaret    pêche    sardine    manoeuvre    Roscanvel                  

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 127 ans

 
  Voleur de foire arrêté à Crozon. 06/07/1893   

La Région

Crozon. — On nous écrit :
Arrestation. — Le 1er juillet courant, sur la plainte de plusieurs cultivateurs à qui on avait volé de l'argent, la gendarmerie de Crozon a arrêté le nommé Poquet (Yves), âgé de 26 ans, se disant marchand ambulant, domicilié à Pont Croix. Fouillé immédiatement, Poquet a été trouvé porteur de trois porte-monnaie contenant 60 fr. 45 et un peu de tabac, d'un rasoir et d'une montre en argent. Il n'a pu donner que vaguement la provenance de ces porte-monnaie. Aussi a-t-il été coffré immédiatement. Interrogés, les autres forains ont déclaré que Poquet est un voleur de profession, déjà plusieurs fois condamné ; ils le croient affilié à une bande de filous parcourant les foires et les marchés dans le but de voler.

 

Crozon    vol    foire-marché                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 123 ans

 
  Petite histoire de couvre-chef. 06/07/1897   

Nouvelles départementales

Landévennec
Nous recevons une lettre très intéressante concernant un incident qui se serait produit l'autre dimanche à l'occasion de la procession.
Un marin de la Sémiramis aurait été puni pour ne s'être pas découvert devant cette procession.
Nous aimons à croire que cette nouvelle sera bientôt démentie, ou tout au moins remise au point, par l'autorité maritime.

 

Landévennec    fait divers    armée    religion                      

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

Pas trace de réponse ou d'autre commentaire dans les éditions des jours suivants...

 

   

... il y a 122 ans

 
  Un enfant tombe du quai de Morgat. 06/07/1898   

Gazette bretonne - Finistère

Morgat (en Crozon). — Le 2 juillet, la femme Le Breton ayant eu besoin de s'absenter confia son jeune enfant à sa sœur ; mais il trompa la surveillance de celle-ci, partit sur le quai, finit, en jouant, par se rapprocher du bord et tomba sur la grève d'une hauteur de trois mètres environ. Il était resté, la tête dans une flaque d'eau, et allait périr asphyxié, quand le nommé Jules Hervé, marin-pêcheur, alla à son secours et le sauva.

 



MORGAT. Le port vers 1900.
Morgat    fait divers    enfant                          
 
Commentaire :
Jules Hervé était mon arrière-grand-père maternel ! Je ne l'ai moi-même pas connu, mais il semblait, aux yeux de ses petits enfants, être un personnage un peu intimidant. On le décrit avec ses sabots et son grand béret noir méticuleusement formé devant, comme tous les pêcheurs. Il apparaîtrait même comme figurant dans un film très ancien sur la pêche à Morgat ou Douarnenez. Je suis très émue de le retrouver ici dans son quotidien !
Un grand merci pour ce travail que j'imagine énorme... j'y suis tout le temps plongée !
Annick Lannuzel-Kerdraon-Le Bris-Hervé

>>> Ce qui serait extraordinaire, ce serait qu'un ou une descendant(e) du petit Le Breton de 1898 tombe sur votre message !
 

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 119 ans

 
  Sardine : trop de bateaux à Camaret. 06/07/1901   

Gazette bretonne - Finistère

CAMARET, 4 juillet. — La pêche à la sardine, pratiquée ici par 55 bateaux de notre port et une centaine de Douarnenez, ne donne, en général, que de faibles résultats. Lundi, ils avaient une moyenne de 3.000. Le mardi, chaque bateau n'avait pas plus d'un mille et hier 1.500 environ ; aujourd'hui, la pêche a été de 2 à 3.000.
Cette pénurie de sardines n'empêche pas le prix de la rogue d'augmenter et le prix du mille de descendre.

Ce dernier résultat n'est pas surprenant.
Malgré cette pêche minime, les quatre usines sont, en effet, bien vite débordées par le grand nombre de bateaux de Douarnenez qui arrivent proposer leurs sardines. Les usiniers de Douarnenez qui manquent de poisson n'ont qu'à venir s'installer à Camaret, où la sardine donne généralement plus qu'ailleurs. Elle donnerait encore bien mieux, si le prix de vente était rémunérateur. 



CAMARET-SUR-MER. Les bateaux de pêche au mouillage dans l'anse de Pen-Hir.
photo J. Le Doaré, Châteaulin
Camaret    pêche    sardine    Douarnenez    usine sard.                  

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 116 ans

 
  Camaret en deuil. 06/07/1904   

Nécrologie. — M. Gustave Toudouze.

Nous avons le regret d'annoncer la mort de M. Gustave Toudouze, l'un des romanciers les plus experts et les mieux doués de ce temps. C'est à la suite d'une cruelle opération qu'il a succombé, âgé seulement de 57 ans.
Dans l’œuvre considérable de Toudouze, la meilleure part revient sans conteste à la Bretagne, qu'il aimait et savait faire aimer. C'est sur le littoral du Finistère que se développe l'action de ses romans les plus connus : la baie de Douarnenez, la presqu'île de Crozon, la région du Cap en sont le cadre familier.
L'auteur avait bien choisi son poste d'observation.
Les feuilletons du Finistère ont fait connaître à nos lecteurs quelques-uns des ouvrages de Toudouze, et non des moins importants : Péri en mer, Ma Douce, La Tour dorée, ont montré sous des aspects variés ce talent séduisant, fait tantôt de force et tantôt de finesse, mais caractérisé toujours par la justesse pénétrante de l'observation.

 

Camaret    fait divers                              

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 116 ans

 
  Foire de Crozon : agression du garde-champêtre. 06/07/1904   

Nouvelles départementales

Crozon. — Agression contre un garde-champêtre. — Le garde-champêtre de Crozon, Joseph Binet, âgé de 75 ans, s'est présenté le 1er Juillet, à la gendarmerie de Crozon pour porter plainte contre le nommé Guillaume Person, journalier.
Le garde étant de service à la foire, ayant sa plaque fixée au bras gauche, a d'abord été poussé par Person, qui lui porta ensuite un coup de pied sur la jambe gauche et lui enleva sa canne.
Deux hommes intervenus ont arraché des mains de l'agresseur le bâton, l'empêchant ainsi de frapper le vieillard.
Deux témoins cités par ce dernier, Pierre Herjean, 73 ans, cultivateur à Keraudren, en Crozon, et Jean-Marie Thépot, aussi cultivateur, même lieu, ont déclaré, à l'encontre de ce qu'a affirmé le garde qui a été interrogé une seconde fois, qu'ils n'avaient rien vu de l'agression.
L'inculpé Person, n'a pu être retrouvé jusqu'à présent et son interrogatoire fera l'objet d'un procès-verbal ultérieur.

 

Crozon    Camaret    fait divers    foire-marché                      

article issu de : L'action Libérale de Quimper     

 

 

   

... il y a 102 ans

 
  Noyade d'un enfant au Fret. 06/07/1918   

Dans la région

CROZON
Enfant noyé. — Le petit Laurent Kerangof, 3 ans, fils d'un adjudant en permission au Fret, s'étant approché de trop près du bord de la cale, tandis qu'il était sorti sans surveillance, est tombé à la mer. Quand on le repêcha il avait cessé de vivre.

 

Le Fret    noyade    enfant                          

article issu de : Le Courrier du Finistère (Brest)    

 

 

   

... il y a 95 ans

 
  Aventure sanglante aux îles Scilly. 06/07/1925   

A la Une

Il ne fait pas bon chasser le béluga aux îles Scilly
L'aventure de deux équipages finistériens

Nous disions, il y a quelques mois, quelles pertes considérables avaient subi les seuls pêcheurs d'Audierne du fait des déprédations des bélugas : un million au moins. Puis, les marins du grand port sardinier nous parlant des mœurs de ces animaux, citaient des exemples bien faits pour démontrer leur voracité.
Depuis longtemps déjà, on recherche les moyens efficaces de les chasser, mais en vain. Marsouins et bélugas se trouvant près des bancs de sardines, on se trouve placé devant le dilemme suivant : Ou bien chasser les destructeurs et du même coup provoquer la fuite de la sardine, qu'on n'attire qu'au prix de dépenses élevées de rogue. Ou s'efforcer de ne point effrayer le poisson pour pouvoir faire pêche et risquer la destruction complète des filets.
Canons, mitrailleuses, bombes d'avions, on voulut cependant tout tenter; mais comment se servir de pareils engins, alors que les flottilles sont réunies précisément aux endroits où évoluent sardines, marsouins et bélugas ?
Bien que cela non plus n'allât pas sans danger, on distribua des fusils aux pêcheurs eux-mêmes, à qui l'on offrit une prime de 2 fr. 50 par animal détruit. Puis on porta la prime à 10 francs. Quelques résultats furent ainsi obtenus, mais qu'étaient-ils, en présence de l'armée innombrable des destructeurs !
On fit appel au concours de l'Office scientifique et technique des pêches maritimes, qui conclut qu'il conviendrait d'amener les pêcheurs à faire le plus grand nombre possible de captures, en leur montrant que cette chasse pouvait être rémunératrice et qu'il y avait lieu, par suite, d'étudier quelles pourraient être les utilisations industrielles des différentes parties de l'animal.
Cette étude fut faite, sans doute; mais comme il y a loin des travaux de laboratoires aux réalisations pratiques, elle est, quant à présent, demeurée sans résultat.
Marsouins et bélugas sont-ils donc invincibles ?
C'était pour la centième fois la question que se posait un marin du Conquet, le capitaine Lucas, du sloop langoustier Eugène-Hélène, qui venait de mouiller, le soir du 23 juin, aux Scilly. Accoudé aux bastingages, il tournait vers l'île toute proche de Saint-Martin son rude visage, quand il aperçut avec surprise une multitude d'énormes poissons échoués sur un banc de sable.
Il y en avait là un millier, s'agitant en de gauches et inutiles mouvements. Marsouins ? Bélugas ? Il ne les distinguait pas encore, mais il était certain qu'il s'agissait d'une catégorie de ces destructeurs voraces contre lesquels il est si malaisé de se défendre.
Belle occasion de prendre une revanche ! Allait-il la laisser échapper ? Le capitaine Lucas connaît trop les ravages dont souffrent ses camarades sardiniers pour hésiter.

Avec ses hommes, il prenait place dans le canot du bord et fonce vers les ennemis que, pour une fois enfin, le hasard, met à sa merci. La hache haute, ils débarquent.
Vers le même moment, poussé par les mêmes mobiles, le capitaine, camarétois Lastennet, du sloop Dahlia, arrivait en renfort avec une partie de son équipage.
Effroyable besogne, dit le capitaine Lucas ! Tranchant d'un premier coup partie de la tête d'un des monstres, j'étais littéralement arrosé d'un jet de sang. C'était le massacre ! Autour de moi, tous frappaient avec ardeur, car tous connaissaient l'importance de l'œuvre que nous accomplissions.
« Nous en étions à notre dix-septième victime, et les Camarétois en avaient fait tout autant lorsque des insulaires intervinrent. Notre geste les avait bouleversés. Ils ne comprenaient pas pourquoi nous nous acharnions ainsi sur ces animaux... Ils l'eussent vraisemblablement mieux compris s'ils avaient pu, tout près de leurs côtes, se livrer régulièrement à la pêche à la sardine ou au maquereau, comme nous le faisons chez nous.
« Brusquement, nous étions mis en demeure d'interrompre notre salutaire besogne et d'enlever les bélugas abattus, sous la menace d'avoir à payer une livre sterling par tête.
« Comme j'exposais les dégâts causés par ces animaux, on nous répondit en invoquant des raisons d'ordre sentimental, sensibleries qui amèneraient au respect absolu des puces propagatrices de la peste.
« Mes explications ne produisirent pas grand effet. En France, disais-je nous recevons, en pareille occasion, des primes de destruction, tellement il importe de se débarrasser de ces destructeurs.
« — En France, il y a des règlements, répondait-on; mais en Angleterre, il y a des lois qu'il faut respecter. Et l'on me démontra par geste que l'on était tout disposé à me passer des menottes si j'insistais.
« Comme nous ne pouvions songer à verser la somme importante qu'on nous réclamait, toute la nuit, après une exténuante journée de pêche, nous dûmes, au lieu de prendre du repos, remorquer les bélugas abattus, dont chacun pesait une tonne au moins, vers le large.
« Et c'est avec tristesse que nous vîmes partir, pour de nouveaux méfaits, plus de 900 de ces terribles bêtes lorsque le flot vint recouvrir le banc de sable où elles s'étaient laissées surprendre. »
Ne convient-il pas de regretter, après semblable fait, l'existence de pareilles divergences entre des populatioms maritimes, dont les intérêts communs devraient seuls être pris, en considération ?
Et n'est-ce pas le moment de rappeler que les offices scientifiques, bien qu'ils soient de création récente, se sont réunis en des Congrès internationaux pour examiner les moyens propres à intensifier la pêche ?
Livrons ce cas à leur examen et attendons avec confiance.
Ch. LÉGER. 

Camaret    pêche    sardine                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 92 ans

 
  1.000 apprentis-marins à Camaret. 06/07/1928   

Arrondissement de Châteaulin

CAMARET
PROMENADE MILITAIRE. — Hier matin vers 9 h. 30, ont débarqué à Camaret près de 1.000 apprentis des écoles de maistrance et apprentis-marins. Précédés de leur fanfare si réputée, et sur une longueur approchant du kilomètre, les jeunes matelots, encadrés de l'élite de la maistrance, défilèrent impeccables entre deux baies de curieux.
Après une halte à Kerloc'h, ils se dirigèrent vers Crozon et Lanvéoc, où avait lieu leur embarquement.

 

Camaret    Crozon    Lanvéoc    école    armée                  

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 88 ans

 
  Electrification de Lanvéoc. 06/07/1932   

Arrondissement de Châteaulin

LANVÉOC
ÉLECTRIFICATION DE LA COMMUNE — Les travaux d'électrification de la commune ont commencé. Le jalonnement et l'emplacement des pylônes sont choses faites. Bientôt nous verrons se dresser dans nos rues et dans les champs, tout le long de la route du Fret, ces supports en béton armé, qui nous apporteront la bonne lumière électrique avant l'hiver.
La commune disposant des fonds nécessaires pour tous ces travaux, nous pourrons peut-être tourner le bouton pour la fin de septembre.

 

Lanvéoc                                  

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

 

 
f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.