Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île

contact

 

   revenir en arrière
 

L'éphéméride de la presqu'île

C'était un 25/08...

 

 

   

... il y a 144 ans

 
  Abordage aviso et chaloupe de pêche en rade de Brest 25/08/1875   

Nouvelles et renseignements

Camaret. 20 août. — Entre 2 et 3 heures de l'après-midi, le nommé Bozennec, Hervé, patron de la chaloupe la Sainte-Hélène, n°1592, de Douarnenez, chaloupe montée par 5 hommes d'équipage, se trouvait sur le lieu de pêche, par le travers du Minou, quand ils virent arriver sur eux à toute vitesse l'aviso le Dupetit-Thouars qui sortait de Brest pour faire ses essais.
Malgré tous leurs efforts, ces malheureux pêcheurs ont été impuissants à se garer du vapeur, qui lui-même n'a pas pu modifier sa route, et en un instant la chaloupe fut coupée par le travers.

Des cinq hommes composant l'équipage, trois ont été sauvés par le nommé Cornec, Jean-Marie, patron de la chaloupe la Comète, de Camaret, et un par un des canots de l'aviso ; mais le 5e, Quéré, Jean-René, de Douarnenez, a été broyé dans le choc.
La malheureuse victime était père de famille et âgé de 45 ans. 

Camaret    abordage    armée                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 142 ans

 
  Naufrage en rade de Brest. 25/08/1877   

Nouvelles et renseignements

Landévennec. — Lundi dernier, vers 5 heures de l'après-midi, la patache de la douane du port du Tinduf de Plougastel quittait Landévennec ayant 12 personnes à son bord. Un quart-d'heure plus tard elle sombrait. Quatre personnes ont été victimes de cet affreux accident : le patron, un matelot des douanes et deux enfants, filles du lieutenant, l'une âgée de 8 ans, l'autre de 5. Les autres personnes ont été sauvées par le bateau de M. de Mougon qui avait quitté Landévennec quelques minutes après la patache.

L'Union républicaine nous apprend que le lieutenant de douanes, M. Masson, et Mme Masson, qui se trouvaient à bord, ont pu être sauvés.
Mais quelle poignante douleur, quel désespoir pour ces pauvres parents d'avoir vu périr ainsi leurs deux enfants !
M. Masson a les sympathies de toute la population de Plougastel, et chacun prend part au terrible malheur qui vient de frapper sa famille.

 



Une patache de douane.
Tous droits réservés. Photo Holley. Source : archives municipales de Brest. Cote : 2Fi11504.
Landévennec    naufrage    péri en mer    sauvetage    enfant                  

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 132 ans

 
  Réponse du patron du vapeur : oui, je suis compétent. 25/08/1887   

Chronique locale

En rade.Nous recevons la lettre suivante:
Brest, le 24 août 1887.
Monsieur le rédacteur,
Ayant lu dans votre journal de ce jour, 24 août, un article me concernant, je viens vous prier de vouloir bien donner place, dans votre journal, à la réponse.
Le vapeur Eurêka, appartenant à M. Le Roux, et que je commande, est parti de Brest pour le Fret, dimanche dernier 21 août, à 7 h. 5 du matin, avec 211 voyageurs et non 3 ou 400. Au départ, le bateau gîtant sur bâbord, j'ai prié MM. les voyageurs de vouloir bien passer l'autre côté, afin de redresser le bateau, chose qui a été faite aussitôt ; il y avait de la brume, et plus nous avancions, et plus cette brume devenait épaisse ; 35 minutes environ après le départ de Brest, j'eus connaissance de la bouée du Renard, que je laissai à bâbord ; comme le courant était très fort, je tenais plutôt sur bâbord, afin de pouvoir prendre connaissance de la côte de Lanvéoc ; c'est ce qui fut fait. Quelque temps après, je fis diminuer de vitesse et aperçus aussitôt la côte. Je crie : Stoppe et machine en arrière ; ayant bien reconnu la côte, je suis revenu sur tribord, ai accosté la cale du Fret sans accident, sans avoir même rencontré le fort du Corbeau sur ma route, et malgré ce grand retard, je suis arrivé au quai de Brest (retour du Fret), à 9 h. 15 du matin, c'est-à-dire à l'heure ordinaire.





Je puis dire à M. L'Echappé qu'en temps de brume, il n'y a pas de pilote ; qu'en outre, sans flatterie aucune, je lui prouverais aussi que je connais parfaitement bien la rade de Brest, ainsi que les rivières y aboutissant et toutes les côtes du Finistère ; quant à lui, il ne paraît pas connaître grand chose de la rade de Brest, il ne sait probablement pas où se trouve le fort du Corbeau, et du moment que j'avais eu connaissance de la bouée du Renard, je me trouvais donc parfaitement dans ma route.
Brest, le 24 août 1887.
PERROT, Patron de l'Eurêka.

Remarque : Le vapeur Eurêka est autorisé à porter 250 voyageurs ; dimanche il n'y avait à bord que 211 personnes. Conséquemment, l'Eurêka n'a pas pris cette fois, pas plus qu'à ses autres voyages, une trop grande charge.  



L'Euréka, premier bateau de la Société des Vapeurs Brestois.
Cote : 2 Fi 00934. Source : archives municipales de Brest
Le Fret    Brest    transport                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 125 ans

 
  Assistance médicale gratuite pour le département du Finistère 25/08/1894   

Conseils généraux (session d'août)

FINISTÈRE
En exécution de la loi du 15 juillet 1893, le conseil a adopté un règlement concernant la question de l'assistance médicale gratuite dans le département.
En outre des quatre grands hôpitaux de Brest, Morlaix, Quimper et Quimperlé, des hospices seront créés sur différents points, entre autres Crozon, Concarneau, etc. Les frais de transport des malades seront, comme tous les autres frais, supportés par le département.

 

Crozon    santé    politique                          

article issu de : Le Temps (Paris)    

 

 

   

... il y a 116 ans

 
  Pêche d'espions ? 25/08/1903   

Dernière heure

De Brest au Petit Journal. — Je vous signale que des pêcheurs de Camaret dénoncent à la presse locale les allées et venues de deux étrangers cherchant à se dissimuler sous un déguisement et qui habitent ce port de pêche depuis quelques jours.
Les pêcheurs sont persuadés que ces deux personnages visitent toutes les batteries de la côte et prennent des vues de la presqu'île de Quélern.
Il faut attendre, pour donner à cette affaire sa gravité réelle, que les autorités compétentes aient procédé à une enquête.

 

Camaret    Quélern    armée    fait divers                      

article issu de : Le Matin (Paris)    

 

Le journaliste a bien raison d'être prudent : les deux "espions" sont MM. Gustave Geffroy et Sutter Laumann, le premier journaliste et romancier breton et le second poëte alsacien, qui voyagent en prenant effectivement régulièrement des notes ou exécutant quelques croquis...

 

   

... il y a 113 ans

 
  Enquête à Camaret : les femmes auraient donc un avis ? 25/08/1906   

Au Conseil Général

Séance du 22 août.
Entre Crozon et Camaret.— La commune de Camaret demande à s’annexer une quinzaine de villages qui font actuellement partie de la commune de Crozon. Le conseil municipal de Crozon consent à en céder six, mais prétend garder les autres. Une enquête a eu lieu et — curieux détail — les femmes ont été admises à y prendre part. Cette épreuve a tourné au profit de Crozon, car les habitants des villages en litige se sont prononcés, à une notable majorité, pour le maintien du statu quo.

Il s’est dépensé beaucoup de passion dans cette querelle de clocher, mais il en reste encore assez pour alimenter une discussion du Conseil général. MM. Briens et Piton attaquent vivement les conclusions du rapport, qui donne tort aux prétentions de Camaret. Le rapporteur, M. Danguy des Déserts, répond qu’on doit respecter le sentiment des intéressés, qui ne veulent pas être détachés de la commune où reposent leurs morts. Finalement, les conclusions du rapport sont adoptées, à deux ou trois voix près.  

Crozon    Camaret    politique                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 108 ans

 
  Les ministres tirent au pistolet au Grand Hôtel de la mer (Crozon) 25/08/1911   

La région bretonne

Concours de tir de Morgat
Un important concours de tir à la carabine et au pistolet, est organisé à Morgat, du 27 août au 3 septembre inclusivement.
Ce concours, qui sera ouvert tous les jours, est placé sous le haut patronage de MM. Barthou et Dubief, anciens ministres, en villégiature à Morgat, et de M. Gaignerot, sous-préfet de Châteaulin. Il sera tiré dans la cour du Grand Hôtel, mise à la disposition du comité par M. Péchin, propriétaire.
Le programme du concours, définitivement arrêté, comprend :
Poules populaires. — Douze prix, dont 50 fr. et 25 fr. en espèces et objets d'art.
Concours d'honneur. — Cinq prix et cinq mentions; objets d'art.


Poules de la jeunesse. — Cinq prix et cinq mentions.
Concours de dames. — Trois prix et deux mentions.
Concours au pistolet. Cinq prix et cinq mentions. Des médailles et des plaquettes seront frappées spécialement pour ce concours.
Pour avoir le programme, adresser une demande au directeur du tir, à Morgat, par Crozon.
Les personnes désireuses de contribuer au succès du concours de tir, soit par leur souscription ou par l'offre d'un lot, sont priées de les adresser à l'hôtel Péchin. 

Morgat    tourisme    sport                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 106 ans

 
  Chute mortelle près Rostégoff. 25/08/1913   

La région bretonne

TELGRUC
Tombé d'une falaise. — Hier, vers six heures du soir, deux terrassiers, domiciliés à Landudec, travaillant sur la voie ferrée en construction, s'en retournaient chez eux. Pour raccourcir leur chemin, ils prirent le sentier qui longe la côte de Telgruc à Douarnenez.
Arrivés devant Rostégoff, en Telgruc, dans un endroit où la côte est à pic et le chemin très dangereux, l'un d'eux, M. Henri Kerveillant 60 ans, chargé d'un paquet de vêtements et d'une pioche, fit un faux pas et alla s'écraser sur les roches de la grève.


Son camarade put descendre par la falaise de Pors-ar-Vell ; malheureusement, il ne trouva qu'un cadavre, M. Kerveillant avait le crâne fracassé.  

Telgruc    accident                              

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 103 ans

 
  Deux films de propagande tournés à Camaret. 25/08/1916   

Le cinéma pour la propagande française et la Bretagne

Depuis un certain temps le gouvernement français se préoccupe de la redoutable propagande que les Allemands ont organisée dans les pays neutres par le moyen de films cinématographiques combinés adroitement en vue de vanter les beautés naturelles de l'Allemagne et de montrer les travaux des populations allemandes.
La Société cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres a, dès à présent, commencé de répondre à cette campagne de films boches, entrant ainsi dans les vues de nos pouvoirs publics.
Elle a, en, effet, décidé d'éditer deux grands films maritimes et bretons dus à deux de nos plus sympathiques romanciers : Le Poisson d'Or, de Paul Féval, et La Fille des Naufrageurs, de Georges G.- Toudouze.
Et pour donner à ces deux films leur pleine valeur d'enseignement et de propagande nationale, elle a voulu les faire exécuter en Bretagne même et sous la direction de leurs deux auteurs, l'un et l'autre particulièrement compétents en matière maritime.
Il est inutile de dire qu'un pareil labeur rencontrait des difficultés matérielles d'ordre considérable, résultant principalement de l'état de guerre et de ses multiples répercussions sur la vie économique de la région de Brest. Sur une démarche de M. Georges G.-Toudouze, M. le ministre de la Marine, avec la bienveillance la plus amicale, a eu la grande amabilité d'accorder aux deux romanciers toutes les facilités de travail compatibles avec les circonstances et a bien voulu donner ainsi à leur labeur patriotique le haut appui de son autorité.
MM. Paul Féval et Georges G.-Toudouze se sont donc installés à Camaret-sur-Mer avec la troupe d'artistes que la Société cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres mettait à leur disposition. Cette troupe, dirigée par l'habile metteur en scène M. Maxime Blum, comprenait Mlles Fabiola, de l'Opéra-Comique, et Givry, de la Renaissance ; MM. Perdoux, de l'Odéon ; Ritald, du Gymnase ; Godeau, des Variétés, et Colsy, du Gymnase.

L'excellent opérateur M. Grenier accompagnait ces artistes qui prennent rang parmi les plus adroits et les meilleurs du cinéma.
En vingt-deux journées de travail, MM. Paul Féval et Georges G.-Toudouze sont parvenus à exécuter entièrement leurs deux films, qui comprennent les scènes les plus dramatiques et les plus pittoresques — voire même les plus malaisées à réaliser. Les scènes d'eau, en particulier, ont été d'une extrême complication. Les deux auteurs ont été aidés dans leur travail par la grande complaisance et la bonne volonté active de la population camarétoise, pour qui l'un d'eux, Georges G.-Toudouze, est un ami de trente ans et pour qui l'autre, Paul Féval, à titre d'ancien marin et de Breton, était un hôte particulièrement sympathique.
Ils sont parvenus à placer dans leurs deux films, avec une grande adresse, toutes les scènes de vie locale, de travail maritime, de mœurs bretonnes : et ils ont utilisé les magnifiques points de vue de notre côte splendide de manière à réaliser le but poursuivi : la propagande française. Ils y ont eu d'autant plus de mérite qu'à plusieurs reprises les circonstances les ont desservis : des coups de grosse mer gênants pour les accostages en certains points, et surtout le lamentable incendie de l'usine Grivart à Douarnenez, où ils s'étaient rendus spécialement le 6 août pour la belle fête du Pardon de la Mer, incendie qui a, on le sait, complètement bouleversé la procession de la bénédiction de la mer et supprimé ce départ en masse des sardiniers, si pittoresque et si saisissant tableau de notre vie bretonne.
Malgré cela, l’œuvre entreprise a été très fructueuse ; Le Poisson d'Or et La Fille des Naufrageurs pourront aller faire à l'étranger contre les films boches la campagne patriotique réclamée par tous les Français : là encore c'est notre Bretagne maritime qui va donner contre l'ennemi exécré pour la défense de notre Patrie.
SAINT-YVES 

Camaret    Paris    loisirs                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 101 ans

 
  Tués par la guerre cette semaine (19 au 25 août 1918). 25/08/1918   

In memoriam

QUEZEDE Bernard Marie (Crozon), matelot (chalutier Gloire de Marie), mort le 19 août 1918 en mer devant Bizerte

KERMEL François (Crozon), matelot (torpilleurs de Bizerte), mort le 23 août 1918 à Ferryville

 

Crozon    guerre    in memoriam                          

article issu de : Avel Gornog    

 

 

   

... il y a 95 ans

 
  Artistes parisiens au secours des tuberculeux crozonnais. 25/08/1924   

Arrondissement de Châteaulin

CROZON
POUR L'ŒUVRE ANTITUBERCULEUSE. — Le vendredi 15 août dernier, avait lieu, à l'hôtel de la Mer, à Morgat, une soirée de gala au bénéfice du dispensaire antituberculeux de Crozon.
Le concert, organisé avec le concours de Mme Mary Marquet, de la Comédie Française, et d'autres artistes éminents, a obtenu un grand succès.
Mme Marquet a versé au trésorier du dispensaire une somme de 3.507 francs, produit des entrées et de dons reçus de généreux bienfaiteurs.
Le comité cantonal d'hygiène sociale remercie Mme Péchin, propriétaire du Grand hôtel de la Mer, Mme Marquet et les dévoués artistes qui ont bien voulu mettre leur talent au service de l'œuvre antituberculeuse.

 

Morgat    Crozon    Paris    santé    tourisme    secours              

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 91 ans

 
  Accident mortel dans le port du Fret, en Crozon. 25/08/1928   

Arrondissement de Châteaulin

CROZON
UNE NOYADE. — M. Eugène Kerdreux, de Montourgard, après avoir aidé sa famille à battre la moisson, revint avec un de ses collègues, vers minuit, rejoindre son bateau ancré dans la baie du Fret, à 250 mètres du quai.
L'équipage, qui dormait, n'entendit pas leurs appels; ils décidèrent de prendre un canot amarré au quai pour se rendre à bord.
En embarquant, une fausse manœuvre le fit chavirer, il précipita à l'eau les deux marins. Kerdreux vint heurter de la tête une roche et coula, sans que son camarade put le retenir.
Les matelots du Flora, qui assistaient à cette scène à quelque distance de là, arrivèrent aussitôt, et ne pouvant trouver Kerdreux allèrent à son bateau prévenir le patron.


Tout l'équipage se précipita dans les canots, et en arrivant au port, presque à quai, ils virent leur camarade au fond de l'eau. Ils le sortirent, le portèrent chez Mme Leborgne où ils essayèrent en vain de le ranimer en attendant l'arrivée du docteur Keranguyader, qu'on était allé chercher.
Mme Kerdreux mère, à qui nous adressons nos condoléances, est douloureusement frappée depuis quelque temps. Elle vient de perdre son mari il y a quelques mois, aujourd'hui c'est son fils, âgé de 25 ans.  

Crozon    Le Fret    accident    noyade    agriculture                  

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 90 ans

 
  La gendarmerie d'Argol. 25/08/1929   

Arrondissement de Châteaulin

ARGOL
DANS LA GENDARMERIE. — A différentes reprises, depuis la fin de la guerre, il avait été question de supprimer notre brigade de gendarmerie, par mesure d'économie, mais la décision définitive demeurait réservée.
Aujourd'hui, nous apprenons que la question est tranchée : notre brigade cessera d'exister à partir du 1er septembre ; les hommes la composant seront répartis dans d'autres brigades et la gendarmerie de Crozon sera chargée du maintien de l'ordre dans les communes d'Argol, Landévennec, Telgruc et Trégarvan.

 

Argol    Telgruc    Landévennec    Crozon                      

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

La gendarmerie d'Argol avait été créée en 1895, avant même celle de Camaret.

 

   

... il y a 90 ans

 
  Des touristes à Morgat bien sales... 25/08/1929   

Arrondissement de Châteaulin

MORGAT
REGRETTABLE. - Vendredi, à 16 h, au moment où la plage est couverte d'enfants, des gens que nous qualifierons de sans-gêne, pour être polis, ont déversé devant les cabines des ordures empestant tous les alentours.
A la suite des vœux émis par le Syndicat d'initiative, on pourrait en ajouter un autre :
« X. invite M. le maire de Crozon et le comité d'hygiène (?) à faire respecter par certains touristes les plus élémentaires règles d'hygiène et de propreté »

 

Morgat    tourisme    santé    association                      

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 85 ans

 
  Comment bien utiliser les pétards. 25/08/1934   

Arrondissement de Châteaulin

CAMARET
[...] AVIS AUX PÊCHEURS CAMARÉTOIS. — L'administrateur de l'inscription maritime à Camaret recommande aux pêcheurs de n'employer les pétards Giraudin que dans un but unique de protection contre les bélugas.
Ils ne devront jamais s'en servir pour la pêche.
Ceux qui seraient pris en flagrant délit, par le navire garde-pêche, se verraient dresser inévitablement un procès-verbal.

 

Camaret    pêche    sardine    procès                      

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 83 ans

 
  Accidents récurrents entre Argol et Crozon. 25/08/1936   

TRIBUNE LIBRE

Automobilistes, attention !
La partie de la route Le Faou-Crozon, comprise entre Argol et Crozon, constitue en ce moment un grand danger pour les automobiles et leurs occupants.
Le revêtement (provisoire sans doute) de ce tronçon de route se compose uniquement d'un cailloutis que l'on a répandu, sans aucun goudronnage ou asphaltage.
Il en résulte que les automobiles qui se rencontrent en cet endroit se projettent mutuellement et avec violence tous les cailloux de la route. Les glaces et pare-brise atteints volent en éclats. Quand les glaces sont baissées, ce sont les occupants qui reçoivent les projectiles.
Aucune limitation de vitesse n'étant prescrite par l'administration responsable, personne ne ralentit. La vitesse de projection des cailloux est fonction de celle des voitures qui se croisent et peut devenir considérable. De nombreux accidents de voitures et de personnes viennent de se produire ces jours derniers.
Ayant eu moi-même, comme beaucoup d'autres, à déplorer la pulvérisation de mon pare-brise, je signale ce danger à tous mes camarades automobilistes. Je le signale aussi à l'administration, dont la responsabilité semble devoir être mise en cause.
Un usager de la route.

 

Argol    Crozon    transport                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

 

 
f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.