Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

L'éphéméride de la presqu'île

C'était un 27/01...

 

 

   

... il y a 162 ans

 
  La légion d'honneur pour un sauveteur de Camaret. 27/01/1860   

Réponse au discours de réception de M. Falloy

[...] J'aurais voulu raconter les scènes émouvantes de cet incendie de Macao, où vous payâtes si généreusement de votre personne; de ce naufrage de treize navires, dont les équipages, composés de soixante-deux hommes, durent la vie au secours que vous leur portâtes dans une frêle chaloupe, malgré une effroyable tempête ; ou bien encore, car en restreignant ainsi mon sujet, il m'eût encore fallu faire un choix de ce sauvetage que vous opérâtes, le 27 janvier 1860, et dont j'emprunte le récit, non pas à vos confidences, mais au rapport de l'amiral Hamelin, consigné dans le Moniteur Officiel du 26 février suivant :
Le 27 janvier dernier, le brick Jules-César entrait en relâche à Camaret par une mer très grosse en faisant des signaux de détresse. Grâce à l'initiative intelligente de l'aide-commissaire de la marine, M. Falloy (Louis-Eugène), chargé de l'administration du sous-quartier d'inscription maritime de Camaret, ce bâtiment put être conduit en sûreté au fond du port, à l'aide du concours de neuf hommes dévoués.

Trois jours après, le 30 janvier, M. Falloy s'est de nouveau signalé par son zèle, son dévouement et son intrépidité à l'occasion du naufrage, sur les rochers du Pouldu, du trois-mâts hollandais Maria-Elisabetha-Margaretha. A la nouvelle de ce dernier sinistre, M. Falloy se rend sur le théâtre de l'événement, amenant avec lui vingt hommes environ ; là il dirige les travailleurs, choisit le poste le plus dangereux, et avec cinq matelots dévoués parvient à arracher neuf Hollandais à une mort certaine. Roulé par la vague au milieu des roches, M. Falloy, blessé, court le risque de perdre la vie.
La belle conduite de cet aide-commissaire dans les circonstances que je viens de retracer, l'exemple qu'il a donné, le courage dont il a fait preuve me paraissent de nature à mériter une marque de la haute bienveillance de Votre Majesté, que je prie de vouloir bien revêtir de sa signature le décret ci-joint qui nomme M. Falloy chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur.

[...]  

Camaret    sauvetage    naufrage                          

article issu de : L'académie des sciences, belles-lettres & arts    

 

 

   

... il y a 147 ans

 
  Vol audacieux dans un moulin de Crozon 27/01/1875   

Revue Bretonne

Crozon. — Dans la nuit du 19 courant, un vol d'une audace inouïe a été commis au moulin du nommé Yves Jaouen, au village de [Trévoal], en Crozon. Les voleurs après s'être introduits dans le moulin, en forçant la serrure de la porte, se sont emparés de sept sacs de céréales et d'un fusil chargé qui était cependant dans un endroit caché.
Les voleurs, pour assurer leur fuite et disparaître rapidement, avaient amené avec eux une voiture dite char-à-bancs; on a pu suivre la trace des roues, du moulin jusqu'à la route qui conduit du Fret à Crozon.
La police recherche activement les voleurs.

 

Crozon    vol                              

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

   

... il y a 138 ans

 
  Création de la société Richard et Cie. 27/01/1884   
Voici la première pierre de la station balnéaire de Morgat : la naissance de la société qui créera le premier hôtel de la station balnéaire de Morgat (l'Hôtel de Morgat).

Annonces légales

 
Morgat    tourisme                              

article issu de : Archives commerciales de la France    

 

 

   

... il y a 119 ans

 
  Impressions de M. Gustave Toudouze au retour de Camaret. 27/01/1903   

La crise sardinière en Bretagne

CAMARET
Hier soir, au débarcadère du port de commerce, nous avons eu la bonne fortune de rencontrer M. Gustave Toudouze, le littérateur bien connu, qui, accompagné de son fils, arrivait de Camaret, où il était allé porter le produit de la matinée donnée jeudi dernier, au théâtre Antoine, au bénéfice des pêcheurs de la région. M. Gustave Toudouze, qui va chaque été à Camaret depuis 17 années et qui a étudié ce joli petit port et ses habitants dans plusieurs de ses romans, connaît admirablement les besoins de cette partie de la Bretagne, son caractère et ses mœurs. C'est pourquoi nous tenions à recueillir son impression sur la crise actuelle, à son retour de Camaret, car nul n'était plus qualifié pour donner en ce moment une indication utile et d'importants renseignements à ceux qui, tout en sauvant le présent, se préoccupent de pourvoir à l'avenir. Nous savions, en effet, que M. Gustave Toudouze avait tenté d'organiser à Camaret ce que nous voudrions voir organiser partout : la lutte méthodique contre la crise sardinière.
Qu'a-t-on fait à Camaret pendant votre séjour ?, lui demandons-nous.
Ayant réuni en un véritable comité non seulement les notabilités de la commune, mais aussi les patrons de barque, j'ai causé avec eux des meilleures mesures à prendre pour faire servir la somme que j'apportais à empêcher le retour d'une pareille calamité. Avec l'admirable esprit de solidarité que je leur connaissais déjà, leur intelligence si active qui leur fait voir immédiatement les moyens les plus énergiques de se tirer d'affaire, je savais qu'ils iraient droit à la solution la meilleure.
Ils ont décidé de constituer aussitôt, avec les 10.000 francs que je leur ai apportés, une sorte de caisse de prévoyance, une arme pécuniaire pour organiser le début de la campagne sardinière de 1903, laquelle commence, comme vous le savez, dans quelques mois.


Avec cet argent, qui ne sera dépensé qu'avec la plus extrême réserve, ils entameront la campagne et sont décidés à ne l'employer qu'à bon escient, prudemment, méthodiquement, en achats d'engins, de rogue, en soutien des pêcheurs sardiniers dont la pêche détestable de 1902 a englouti les maigres économies.
Je ne vous cacherai pas combien j'ai été profondément ému de les trouver si ouverts aux conseils que je venais de leur donner, combien je me réjouis de cette attitude excellente, de ces projets virils, répondant si bien aux intentions des amis connus ou inconnus dont je leur apportais le secours pécuniaire. Il y a là, me semble-t-il, un exemple que Camaret donne à tous, une très suggestive leçon de choses pour la Bretagne sardinière entière. Ce qu'une initiative privée essaie à Camaret ne pourrait-il être appliqué en d'autres lieux ?
Il me semble que ce serait un renseignement à faire connaître pour le profit de tous. C'est ainsi que l'élan de solidarité qui a poussé tant de cœurs généreux à soulager la misère bretonne aura son plein et complet effet.
Et c'est avec ce sentiment très net que je regagne Paris. Grâce à l'admirable effort de mon excellent ami André Antoine, au concours du peintre Cottet, de tant de généreux artistes et écrivains, j'ai pu apporter notre aide à ce Camaret, sentinelle avancée de votre Brest, la citadelle de la puissance maritime française. Si c'était un devoir d'humanité, n'était-ce pas aussi un devoir de patriotisme ?
termine en nous quittant M. Gustave Toudouze, que nous remercions des renseignements qu'il nous a si obligeamment communiqués.  

Camaret    pêche    sardine    secours    Paris                  

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

   

... il y a 116 ans

 
  Nos braves campagnards... 27/01/1906   

Arrondissement de Châteaulin

Crozon
Mariage retardé. — Le 10 courant, à Crozon, toute une noce se rendait à la mairie. Les binious attendaient tranquillement la sortie de la salle municipale, lorsqu'il se produisit une amère déception. Les pièces à fournir à l'officier de l'état-civil n'étaient pas au complet : il manquait les actes de décès du père et de la mère du futur.


Le futur mari s'empressa d'aller dans une commune voisine prendre les pièces nécessaires, qui lui furent immédiatement délivrées.
Le retard à la célébration du mariage ne fut donc que de quelques heures.
Ce regrettable incident n'a pas empêché nos braves campagnards de faire honneur au repas trop tôt préparé. 

Crozon    fête    fait divers                          

article issu de : Le Courrier du Finistère (Brest)    

 

 

   

... il y a 104 ans

 
  Tués par la guerre cette semaine (21 au 27 janvier 1918). 27/01/1918   

In memoriam

SEVELLEC Jules Marie (Crozon), matelot (direction du port), mort le 22 janvier 1918 à Brest

LOJOU Marcel Victor Marie (Crozon), soldat (202 RI), mort le 22 janvier 1918 à Sainte-Menehould

KERAUDREN Jean (Lanvéoc), quartier-maître (bât. servitude Salonique), mort le 22 janvier 1918 à Salonique

HUBIS Arsène Marie Joseph (Roscanvel), maréchal des Logis (1 RAC), mort le 25 janvier 1918 à Roscanvel

 

Crozon    Lanvéoc    Roscanvel    guerre    in memoriam                  

article issu de : Avel Gornog    

 

 

   

... il y a 92 ans

 
  Pas de mœurs interlopes à Roscanvel ! 27/01/1930   

Arrondissement de Châteaulin

ROSCANVEL
A PROPOS DE BALS. — On nous écrit : La Dépêche du 4 juillet dernier, rendant compte de la séance du Conseil municipal du 27 juin, relatait le passage suivant :
Arrêté municipal concernant les bals. — M. Madec, s'adressant au maire : Faut-il rapporter cet arrêté ? — Le maire : Non. — M. Madec : Vous savez qu'il s'agit de cet arrêté pris par votre prédécesseur relativement à la tenue et au bon ordre pendant les bals, tels que : défense de fumer et de se tenir coiffé en dansant, d'avoir une attitude inconvenante, etc., etc. Faut-il supprimer ce règlement ? — M. le maire : Oui !
Or, lors d'un récent bal de noces, un incident (qui a trait à ce petit épisode municipal) s'est produit : il prouve suffisamment que le public n'est pas toujours disposé à partager les conceptions administratives.
Alors que la soirée battait son plein, le silence se fit tout à coup. Un des musiciens, se levant, déclara d'une voix forte : « Messieurs les cavaliers, je vous répète que si vous persistez à fumer et à vous tenir coiffés en dansant, je refuse de continuer à jouer. » Les cigarettes furent immédiatement éteintes et les casquettes disparurent dans les poches.
Il était temps de faire savoir à quelques jeunes gens que la tenue des bals à Roscanvel était autrefois exemplaire et que les mœurs acquises dans les milieux interlopes ne sont pas de mise chez nous.
Un père de famille


 

Roscanvel    fête    fait divers    loisirs                      

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

 

 
f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.