Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île
contact

 

   revenir en arrière
 

Les villages de la presqu'île

dans la presse et l'édition

 

7 article(s) cite(nt) le village de Lambézen, en Camaret

 


Pour retrouver un article dans son contexte chronologique, cliquez sur son numéro.

Assises : condamné pour vol qualifié (Crozon) 07/04/1875   
  n° 136

Cour d'Assises du Finistère

Audience du lundi 5 avril.
    1ère affaire

Coadou, Claude, né à Cléder, le 11 février 1839, domestique, demeurant à Crozon, est accusé de vol qualifié.
Le 26 février, dit l'acte d'accusation, l'accusé, profitant de l'absence de la dame Marguerite Théphany, veuve Cornec, du village de Rigonou, qui s'était rendue à Lambézen, pénétra chez elle par la fenêtre du rez-de-chaussée qu'il avait pu ouvrir après avoir brisé un carreau ; puis, à l'aide d'un couteau, ouvrit une armoire fermée à clef et s'empara de l’argent qui s'y trouvait.
Sa mauvaise conduite le fit immédiatement soupçonner d'être l'auteur du vol.

Interrogé dans la soirée par la gendarmerie, il protesta de son innocence; mais deux jours après, il venait se constituer prisonnier à Quimper et faisait les aveux les plus complets.
L'accusé a déjà subi plusieurs condamnations pour rébellion et voies de fait envers la force publique. Condamné à mort, le 18 murs 1865, par le conseil de guerre de Brest, sa peine fut commuée en celle de cinq ans d'emprisonnement.
Ministère public, M. Terrier de Laistre, procureur de la République ; défenseur, M. Hémon, avocat à Quimper.
Déclaré coupable, avec circonstances atténuantes, Coadou a été condamné à cinq ans de prison.  

Crozon    Camaret    procès    vol                      

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Bagarre à la noce de Lesvrez : une femme arrêtée. 23/07/1887   
  n° 435

Gazette bretonne - Finistère

Crozon, 17 juillet.
Vers 9 heures et demie du soir, il y avait un bal de noce au village de Lesvrez et l'on dansait dans l'aire à battre.
Parmi les danseurs était le nommé T. (Pierre), du village de Lambezen. Il tenait par la main la femme Gallou, cultivatrice. Il était ivre et sautait comme un fou. La femme Gallou lui fit remarquer qu'il allait trop vite et lui faisait mal à la main, que, dans l'état où il était, il ferait mieux de quitter le bal auquel, du reste, il n'était pas invité.
T., furieux, se mit à lancer des coups de pied dans les jambes de la femme Gallou et à lui donner des coups de poing sur la tête.
On cessa bientôt de danser et T. fut renvoyé.

Sa sœur, Françoise T., prit alors fait et cause pour lui et chercha querelle à la femme Gallou, qui invita Françoise à se retirer comme son frère. Au lieu d'obéir à cette injonction, Françoise tira un couteau de dessous son tablier et essaya d'en porter un coup à la femme Gallou, mais celle-ci avait vu le mouvement et pu se reculer à temps. En ce moment la mère de la femme Gallou s'interposa. Françoise tourna alors sa fureur contre elle et lui porta un coup de couteau dans le ventre. La blessée fut immédiatement conduite à son domicile, et l'on appela le docteur Louboutin, qui déclara ses jours en danger. Françoise T. a été arrêtée. Elle a la réputation d'être très méchante et a déjà été condamnée par le tribunal de Châteaulin. 

Crozon    fait divers    fête                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Détournement de vaches à Lambézen, en Crozon. 02/09/1904   
  n° 1294

Tribunal correctionnel de Châteaulin

Crozon.– Détournement d'objets saisis. — Le 31 juillet dernier avait lieu, chez les époux Zozo, cultivateur à Lambézen, en Crozon, la vente du mobilier et divers objets.
Le jour de la vente, l'huissier constata que beaucoup d'objets saisis avaient disparu, notamment deux vaches, un porc, un hache-lande, une herse, une horloge, etc., que les époux Zozo ont vendus.
Ils sont condamnés à un mois de prison chacun.

 

Crozon    vol    procès                          

article issu de : Ouest-Éclair (Rennes)    

 

 

 

Expulsion. 09/11/1904   
  n° 1137

Gazette bretonne - Finistère

Audience du 8 novembre 1904.
CROZON. — Bris de clôture. — Marie Torillec, femme Zozo, 55 ans, cultivatrice à Lambézen, ayant été expulsée par son propriétaire, a démoli la maçonnerie de la porte et tout enlevé à l'intérieur.
6 jours de prison.

 

Crozon    procès    fait divers                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Départ mortellement arrosé à Camaret. 08/08/1925   
  n° 2729

Arrondissement de Châteaulin

CAMARET
MORT TRAGIQUE. — Le sloop langoustier Fleur d'Ajonc, patron Auguste Marzin, de Camaret, était en rade hier, en instance de départ avec tout son équipage à bord, lorsque vers deux heures, le patron invita l'équipage de l'Arc-en-ciel, mouillé près de lui, à venir trinquer avant le départ. On dut boire plus que de raison, car bientôt une discussion s'éleva entre les matelots Le Mignon, de l'Arc-en-ciel, et Laouénan (de Lambézen), du Fleur d'Ajonc; une bataille s'ensuivit sur le pont. Elle se termina par une chute à la mer des deux mécontents. Ils parvinrent à regagner le bord par leurs propres moyens. Ce bain forcé les ayant calmé, l'ordre semblait rétabli.
Vers 4 heures, l'équipage de l'Arc-en-ciel regagna son bord, et une partie de celui du Fleur d'Ajonc vint à terre; il ne restait à bord que le patron Marzin, le matelot Laouénan et un matelot d'un bateau voisin.


Une discussion aurait éclaté entre le patron et son matelot, ils en seraient venus aux coups et tombèrent à l'eau. Une seconde fois, Laouénan se sauva, grâce à un canot qui arrivait sur le lieu de l'accident, mais Marzin ne sachant pas nager, coula à pic. Les recherches effectuées pour retrouver son corps furent vaines. Ce n'est qu'aujourd'hui, vers 13 heures, qu'on l'a retrouvé dans un des filets tendus à dessein pour barrer le port.
Une enquête est ouverte.
Ce tragique événement a causé une vive émotion parmi la population camarétoise, dont Marzin était très estimé. Il laisse une veuve et deux enfants, dont l'aîné à cinq ans.
A toute la famille, nos sincères condoléances.  

Camaret    noyade    fait divers                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

Perte d'un langoustier camarétois et de tout son équipage. 16/11/1925   
  n° 2735

Arrondissement de Châteaulin

CAMARET
On est sans nouvelles du langoustier « Fathma »
Le sloop langoustier Fathma, de 24 t. 73 de jauge brute, construit en 1923, à Camaret, et inscrit sous le numéro 1998, patron Lastennet, Hippolyte, qui avait quitté notre port à destination des côtes anglaises le 21 septembre dernier, n'a pas été aperçu depuis cette date par les bateau fréquentant ces parages.
D'autre part, l'équipage n'ayant pas donné de ses nouvelles, il y a malheureusement lieu de croire que ce bateau a sombré corps et biens.
Des engins de pêche semblant appartenir à ce langoustier ont été recueillis sur les côtes des Cornouailles anglaises, le 24 septembre dernier.
Les causes du naufrage ne peuvent être précisées; beaucoup croient à un abordage, la nuit, par un des nombreux vapeurs qui sillonnent les parages très fréquentés de Longship's.




Voici la liste des hommes composant l'équipage : Hippolyte Lastennet, patron, inscrit à Camaret, n° 1532, 27 ans, du Lanic, en Camaret; Francis-Pierre Laouénan, matelot, inscrit à Camaret n° 1827, 20 ans, quai Gustave-Toudouze, à Camaret; Jules-Marie Keraudren, matelot, inscrit à Camaret n° 4491, 19 ans, de Dinant, en Crozon ; Jean Kerdreux, matelot, inscrit à Camaret n° 3702, 33 ans, de Morgat, en Crozon; Alain Morvan, matelot, inscrit à Camaret n° 4.219, 23 ans, de Kerdreux, en Crozon; Jean-Marie Le Bris, mousse, inscrit à Camaret, n° 1554, 16 ans, de Lambézen, en Camaret. 

Camaret    naufrage    abordage    péri en mer    langouste    enfant              

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

Chute de falaise. 27/10/1927   
  n° 2846

Arrondissement de Châteaulin

CAMARET-SUR-MER
Une chute de 12 mètres sur le bord de la falaise
Hier soir, en longeant la falaise reliant les Quatre-Vents au village de Lambézen où il habite, le jeune Jean Delou, 18 ans, trompé par l'obscurité, fit une chute d'une hauteur de 12 mètres dans la grève.
La cuisse fracturée en plusieurs endroits il resta pendant deux heures environ sans connaissance. Heureusement la mer descendait, sans quoi il se fut noyé.
Revenu à lui vers minuit, il se traina sur les mains à mi-falaise et fut trouvé au point du jour sans connaissance par le matelot Alain Prissin et transporté chez ce dernier, où on lui prodigua les premiers soins en attendant l'arrivée du docteur.
Son état est très grave.

 

Camaret    accident                              

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.