Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île
contact

 

   revenir en arrière
 

Les villages de la presqu'île

dans la presse et l'édition

 

3 article(s) cite(nt) le village de Penfrat, en Camaret

 


Pour retrouver un article dans son contexte chronologique, cliquez sur son numéro.

Femme foudroyée à Penfrat. 22/05/1894   
  n° 598

Les derniers orages dans le Finistère

[...] Notre correspondant de Camaret nous écrit de son côté : « Vendredi, 18 courant, vers onze heures et demie du matin, un orage épouvantable s'est abattu sur Camaret et ses environs. Les coups de tonnerre se succédaient presque sans interruption.
« La femme Téphany (Catherine) portait en ce moment à dîner à son mari, qui cassait des cailloux sur la route, près du village de Penfrat.
« Elle longeait les poteaux télégraphiques et se trouvait entre deux de ces poteaux lorsqu'un violent coup de foudre éclata. Le poteau qui se trouvait derrière elle fut arraché et brisé, l'autre tordu.

« La malheureuse femme, foudroyée du même coup, se redressa un moment, fit quelques pas et s'abattit la face contre terre. Elle était morte. La pauvre femme laisse deux enfants en bas âge et un mari impotent, et sans ressources.
« Une maison isolée, située entre les villages de Penfrat et de Kerven, a aussi été visitée par le fluide. Il est entré par la cheminée, a renversé une femme qui se trouvait dans la pièce, mais sans lui faire aucun mal, a arraché une pierre du mur et s'en est allé par où il était venu.
« La foudre est également tombée à Crozon, mais elle n'a causé aucun dommage. »  

 
Le spectaculaire trépas de la femme Téphany a été repris dans la rubrique "Faits divers" de nombreux journaux parisiens (Le Temps, La Lanterne...)
 
Camaret    Crozon    fait divers                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Vols à répétition à Camaret. 21/11/1920   
  n° 2468

Chronique locale et régionale

CAMARET
Dans la nuit du 16 au 17 courant, deux cambriolages ont été perpétrés à proximité de Camaret, aux villages de Penfrat et de Keraudren. Les cambrioleurs ont agi à coup sûr, car les victimes de ces deux cambriolages, les époux Perrec et la veuve Boëzennec, mariaient leurs enfants. C'est pendant le repas de noces, qui avait lieu dans la soirée à Camaret, salle Hugot, que les voleurs ont opéré.
Pour pénétrer dans les maisons d'habitation de Perrec et de la veuve Boëzennec, les cambrioleurs ont cassé les carreaux des fenêtres, puis ont fait jouer les espagnolettes.
Une somme de 2.215 francs a été volée dans l'armoire de la veuve Boëzennec, trois kilos de beurre, trois douzaines d'œufs et des cuillères en aluminium.


Chez Perrec, tout a été mis sens dessus-dessous mais seule une pièce de 5 francs a disparu.
Les voleurs sont activement recherchés par la gendarmerie de Crozon, qui suit une piste.
Le jeudi 11 courant, un autre vol de 13.000 francs a été commis sans effraction au préjudice de M. Yves Kergroac'h, patron de bateau au bourg de Camaret. Les voleurs devaient très bien connaître les lieux pour aller prendre cet argent dans un coffret, fermant à clé, d'un tiroir d'une commode fermée également à clé. La gendarmerie de Crozon enquête et suit uns piste sérieuse pour cette affaire. 

Camaret    fête    vol                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

Voleurs de saison. 05/12/1921   
  n° 2517

Chronique locale et régionale

CAMARET
TRISTE RETOUR DE NOCES. — Chaque année, à semblable époque, Camaret est en liesse au début de chaque semaine. Nos jeunes pêcheurs profitent, en effet, de la morte-saison pour se créer un foyer et il ne se passe de semaine, depuis le début de l'hiver, sans qu'il y ait deux à trois mariages.
C'est ainsi que M. Vigouroux, du village de Kermeur, était tout heureux, mardi dernier, de marier deux de ses fils. Il ne se doutait certes pas de ce qui l'attendait à son retour.
La noce terminée, il regagna son logis et eut la pénible surprise de constater que sa maison avait été cambriolée en son absence.
Cet immeuble est séparé des autres et toute la famille était absente ; la vieille mère, infirme, avait même été en ville.
Les malandrins, bien certainement au courant des lieux et des circonstances, avaient pénétré par effraction dans la maison, et ils avaient fait main basse sur une somme de 1.500 francs, des draps, taies d'oreillers, du porc salé, voire même des complets d'hommes.


Ces spécialistes — on peut les appeler ainsi puisqu'ils avaient opéré, l'an dernier, dans les mêmes circonstances — ne limitèrent pas là leurs vols. Ils allèrent également au village de Pen-Frat, chez les époux Fouest, qui mariaient également leur fille. Mais ils eurent la politesse de frapper à la porte. Les vieux parents, qui avaient quitté le bal, répondirent et nos escarpes s'empressèrent de prendre la fuite sans se faire voir. Ils tentèrent également la « chance » en chemin, mais ils trouvèrent encore la maison occupée.
La gendarmerie, appelée aussitôt, a enquêté. Nous espérons que, cette fols, ces malfaiteurs, qui n'ont rien à envier aux bandits de grands chemins, ne tarderont pas à être arrêtés et punis comme ils le méritent. 

Camaret    vol    fête                          

article issu de : La Dépêche de Brest    

 

 

 

 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.