Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île

contact

 

   revenir en arrière
 

Les villages de la presqu'île

dans la presse et l'édition

 

8 article(s) cite(nt) le village de Port Maria, en Landévennec

 


Pour retrouver un article dans son contexte chronologique, cliquez sur son numéro.

Port-Maria : un enfant en sauve un autre de la noyade. 21/07/1875   
  n° 338

Nouvelles et renseignements

Landévennec. — On lit dans le "Bas-Breton" : Plusieurs enfants s'amusaient mardi dernier, 13 juillet, sur la cale dite de Port-Maria, lorsque l'un d'eux âgé de 3 ans 1/2, tomba à l'eau et allait y périr, quand le jeune Salaün, Jean-Marie, âgé de 12 ans, qui jouait aussi non loin de là, se précipita dans la mer et parvint à le sauver au risque d'être lui-même entraîné par le courant.

 

Landévennec    sauvetage    enfant                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Landévennec : un enfant de 4 ans sauve son frère de la noyade. 22/05/1878   
  n° 260

Nouvelles et renseignements

Landévennec. — On nous écrit le 19 mai: « Hier, vers 5 heures de l'après-midi, M. Kervella, Claude, matelot des douanes à Landévennec, étant de service à Port-Maria, entendit des cris à quelque distance de la côte, et ne tarda pas à apercevoir une barque montée par deux enfants dont l'un venait de tomber à la mer. Le brave matelot s’élança immédiatement, et fut assez heureux pour atteindre la barque, à 20 mètres environ du rivage, avant que le pauvre petit, ait complètement disparu. Les deux enfants qui se trouvaient ainsi exposés sont âgés, l'un de 4 ans et l'autre de 8 ans.

C'est l'aîné qui était tombé à la mer, et le plus jeune eut la présence d'esprit de se coucher dans la barque et de le tenir par les cheveux jusqu'à l'arrivée des secours.
« Ce sauvetage fait certainement grand honneur au matelot Kervella ; mais ce qui le rend plus particulièrement intéressant à publier, c'est l'énergie et la force qu'a dû déployer un enfant de 4 ans pour sauver son compagnon plus âgé et par conséquent beaucoup plus fort que lui.
« Je regrette de ne pas savoir le nom de cet enfant, sans quoi je m'empresserais de vous le faire connaître. »
 

Landévennec    sauvetage    enfant                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Incendie à Port-Maria (Landévennec). 16/07/1891   
  n° 814

Gazette bretonne - Finistère

Landévennec, 14 juillet. — De notre correspondant : « Plusieurs gros tas de fagots (chêne et lande) se trouvent actuellement déposés et adossés les uns aux autres sur un gazon situé immédiatement au-dessus de la grève du Port-Maria, en Landévennec.
« Un fumeur ayant commis, hier, l'imprudence d'allumer sa pipe à l'abri de ces fagots y a communiqué le feu. Activées par une forte brise du N.-N.-E., les flammes allaient rapidement dévorer ces monceaux de combustibles sans la prompte intervention d'un certain nombre de personnes qui attendaient sur une cale voisine pour s'y embarquer sur le vapeur qui fait le service de Port-Launay à Brest. L'attention de ces personnes avait été attirée par les cris de M. K., qui, d'une certaine distance, avait suivi des yeux ce qui venait de se passer.
« Une propriété d'agrément et une ferme voisine sises à proximité du lieu où s'est produit ce commencement d'incendie couraient grand danger si le feu s'était étendu, au bois amoncelé-là.

 

Landévennec    incendie                              

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Dimanche de pardon et de promenades un peu vaseux... 29/08/1891   
  n° 816

Gazette bretonne - Finistère

Landévennec, 24 août, — Notre correspondant nous écrit : « Les habitants de notre paisible localité et des villages échelonnés sur les hauteurs de la partie occidentale de la commune ont été un moment, hier, dimanche, quelque peu surpris en percevant le son d'instruments de musique alternant avec les modulations d'accents pieux qui semblait provenir d'un point quelconque de la rivière. C'était, en effet, une aubade de pèlerins se rendant de Brest à Rumengol et que deux bateaux à vapeur, le Saint-Joseph et le Mousquet, transportaient au Faou. Répétition, le soir, au retour.
Trois autres vapeurs ont effectué, ce même jour, une promenade à Landévennec. C'étaient le Saint-Michel, patron Nicolas, la Marianne, patron Yvinec, et la Louise. Les deux premiers, venus de Port-Launay, avaient amené plus de trois cent promeneurs. Du reste, M. Le Bot, armateur de la Marie-Anne, avait gracieusement mis son navire, plus un grand chaland remorqué par celui-ci, à la disposition de ses invités et du public.
« Arrivée de Brest, après escale à Lanvéoc, la Louise avait également à bord beaucoup de passagers. La marée était basse et la mer avait depuis un certain temps quitté la cale de Port-Maria, lieu habituel de débarquement. Cela n'empêcha pas le patron d'échouer son bâtiment en face, mais loin de ce point, au lieu d'aller, ainsi qu'il est d'usage en pareil cas, déposer son monde sur la chaussée de Penforn. Cette chaussée est située un peu en amont. Après un quart d'heure de charmante promenade, l'on eût regagné à pied le but final du voyage.
Pour descendre à terre, les plus pressés ont été dans l'obligation de se déchausser et de barboter dans des fonds mous et vaseux, au risque de s'entailler les pieds et de maculer leurs vêtements du dimanche. D'autres, plus patients ou mieux avisés, ont pris le parti d'attendre à bord, certains, au prix d'un jeûne atrocement prolongé, que le flux leur rendrait la liberté.


« Au moment du rembarquement, qui s'opérait au moyen de canots, un incident, sans gravité, mais qui aurait pu tourner au tragique, s'est produit et a causé une vive émotion.
« Un des canots quitte la cale et accoste le Saint-Michel, qui s'en trouve séparé de quelques mètres. Le transbordement commence, quand un monsieur, en voulant escalader la lisse du navire, tombe sur le plat-bord de l'embarcation d'abord, à l'eau ensuite, entraînant après lui une femme, qui ne s'attendait nullement à ce bain.
« Une panique a lieu, des cris se font entendre; on s'accroche les uns aux autres, l'équilibre est rompu, et la stabilité de l'embarcation compromise ; le danger devient imminent. Alors quelques spectateurs n'hésitent pas : l'un se précipite à l'eau tout habillé et, par des coupes vigoureuses, arrive vite; un autre se met à la mer afin de saisir le youyou de la douane et de prêter son concours ; un troisième s'apprête à s'élancer, lorsque par bonheur, les personnes qui sont dans le canot, recouvrent leur sang froid et repêchent, sains et saufs, l'homme et la femme, cause involontaire de tout cet émoi.
« Quant aux courageux sauveteurs, dont le dévouement n'a pas, heureusement, eu à s'utiliser, ils ont regagné terre au milieu d'un chuchotement approbateur.
« Si l'on considère les faits qui précèdent et en même temps l'importance, chaque jour croissante à Landévennec, de la navigation à vapeur en rivière, on arrive à cette conclusion que le principal, pour ne pas dire le seul point d'atterrissage dit « Cale de Port-Maria », est devenu d'une insuffisance notoire, et que cet ouvrage devra être prolongé de 30 à 40 mètres, avant qu'il soit en mesure de rendre les services indispensables en vue desquels il a été créé. »  



LANDÉVENNEC. Attente pour l'embarquement à bord du vapeur avec les canots.
Tous droits réservés. Collection M. SALAUN. Source : archives municipales de Brest, cote 2Fi06059
Landévennec    pardon    tourisme    transport                      

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Le pardon de ND de Folgoët (Landévennec). 31/05/1892   
  n° 818

Gazette bretonne - Finistère

Le Folgoët (en Landévennec). — De notre correspondant :
« Un grand nombre de bateaux à vapeur sillonnent quotidiennement l'Aulne. Le voyageur qui s'est embarqué sur un de ces bateaux peut admirer, à droite et à gauche de la rivière, des pâturages restés verts, malgré les chaleurs exceptionnelles de ces derniers temps, et de beaux troupeaux ayant de l'herbe à mi-jambe.
Après avoir suivi pendant une heure et demie les sinuosités du cours d'eau, il se trouve en face d'une anse profonde d'environ un mille de longueur, encaissée entre deux collines superbement boisées. Là se dresse le moulin en mer du Folgoët et divers autres édifices dont le propriétaire est M. Estrade, un homme aussi connu qu'estimé. Les électeurs de Landévennec viennent de faire une véritable manifestation républicaine sur son nom, en l'appelant au conseil municipal avec un nombre imposant de suffrages.
« Au fond de la baie, à 400 mètres de là, et dans un site ravissant, s'élève la chapelle dédiée à Notre-Dame du Folgoët. Cette chapelle qui vient d'être restaurée dans ses œuvres essentielles est, comme on le sait, en grande vénération parmi les populations limitrophes.
Un ruisseau, qui sort du bois, sépare cette chapelle de la maison du garde-forestier et répand, sur son passage, une délicieuse fraîcheur.

« C'est avant-hier dimanche qu'a eu lieu le pardon de Notre-Dame du Folgoët.
« Quoique contrariée par une averse, la procession faite à l'issue des vêpres ne manquait pas de solennité et les accents mâles et graves des hommes joints à la psalmodie douce des jeunes filles séduisaient agréablement l'oreille.
« Le vapeur Eurêka nous avait amené un grand nombre de Brestois. Mais la mer basse au moment de l'arrivée n'a pas permis à ce vapeur de débarquer ses passagers à Port-Maria. Il a été forcé de les déposer sur la chaussée de Penforn.
« Nous réitérons, à ce propos, puisque l'occasion s'en présente, la demande à qui de droit d'une prolongation et d'un rehaussement de la cale de Port-Maria.
« Ajoutons que plusieurs personnes ont été désagréablement surprises de la défense faite aux canotiers par le patron Perrot, commandant de l'Eurêka, de prendre aucun voyageur pour le ramener à bord. Ces personnes ne demandaient pas le passage gratuit et elles sont habituées à recevoir des collègues de M Perrot, MM. Nicolas et Yvinec, un meilleur accueil. Je me fais ici l'écho de leur réclamation. »  



LANDEVENNEC. La procession le jour du pardon, au Folgoat.
L. G., Brest, éditeur
Landévennec    pardon    transport    Brest    religion                  

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Sauvetage à Landévennec. 02/06/1892   
  n° 577

Gazette bretonne - Finistère

Landévennec, 30 mai. — On nous écrit : « Le côtre de plaisance Albatros, appartenant à M. Le Duc, de Châteaulin, était ancré devant Tibidy, entrée de la rivière du Faou. Monté sur le youyou du bord, le matelot Meilard (Bernard), âgé de 67 ans, domicilié à Camaret, après avoir renouvelé ses vivres, retournait de Landévennec à Tibidy. Tout-à-coup, par suite du roulis, l'un des avirons dont se servait ce marin sauta de sa tolletière. Meilard perdit l'équilibre, tomba sur le côté du frêle esquif et le fit chavirer.
« Un témoin, M. Julien Salaün, notre maître de port, avait heureusement tout vu.

Il courut à Port-Maria, mit au courant de la situation deux agents des douanes qui se trouvaient-là, monta avec eux dans une embarcation et, à force de rames, se porta au secours du naufragé.
« Quand arrivèrent les sauveteurs, Meilard était cramponné à son canot, qu'un vent très fort et une lame dure et courte poussaient vers la côte de L'Hôpital-Camfrout. Il était presque épuisé, et malgré le courage et l'énergie dont il a fait preuve dans la circonstance, il doit certainement la vie aux trois hommes qui l'ont recueilli, et particulièrement à notre brave maître de port. »  

Landévennec    naufrage    sauvetage                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

Sauvetage de deux baigneuses à Port-Maria (Landévennec). 17/08/1893   
  n° 824

Gazette bretonne - Finistère

Landévennec, 14 août. — Notre correspondant nous écrit : « Ce matin, deux demoiselles, Marie Gros-Royal et sa cousine, Marie Picrel, de Brest, se trouvant de passage à Landerneau, étaient allées prendre un bain sur la grève située à côté de Port-Maria, avec un jeune collégien de 13 ans, frère de la première.
Tout à coup, sans qu'elles puissent s'expliquer comment, ces jeunes filles perdirent pied. Ne sachant point nager, elles se tenaient étroitement enlacées et se croyaient perdues, car le courant les entraînait, et déjà elles suffoquaient. Mais le jeune Gros-Royal, qui prenait ses ébats plus au large, voit le péril.

Il fait des coupes vigoureuses et arrive à elles. Il n'essaie pas de les saisir, sachant qu'elles se cramponneront à lui et paralyseront ses mouvements.
« Il nage d'une main et de l'autre, avec toutes les précautions voulues, il les pousse vers le rivage qu'elles atteignent dans un complet état d'épuisement, mais saines et sauves, heureusement.
« Il est, ce me semble, inutile d'insister sur le courage et la présence d'esprit du jeune sauveteur qui a, d'ailleurs, de qui tenir; son père, un Lorrain, militaire retraité, maintenant paralysé, est décoré de la médaille militaire et de la Légion d'honneur. » 

Landévennec    sauvetage    enfant                          

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

70 chaloupes pêchent la sardine à Landevennec. 30/11/1898   
  n° 665

Gazette bretonne - Finistère

Landévennec, 25 novembre — Depuis mardi des bateaux de Douarnenez, dont le nombre va chaque jour croissant, et qui étaient hier environ soixante-dix, font une pêche très fructueuse de sardines dans l'Aulne, de Port-Maria, en Landévennec, jusqu'à l'endroit où les navires de l'Etat stationnent en amont de Penforn.
Plusieurs chaloupes ont, paraît-il, capturé hier de 20 à 30.000 poissons et la rivière en abonde, au dire des marins.
Ces équipages vont vendre le produit de leur pêche, les uns à leur port d'attache, les autres à Brest et aux environs, un petit nombre d'entre eux, les moins favorisés, trouvent des acquéreurs à Landévennec.

Hier soir, une charrette chargée de poissons est partie pour Douarnenez ; le trajet est malheureusement aussi long et aussi difficile à effectuer par terre que par mer.
J'ajoute qu'en aucun temps la pêche de la sardine n'a été faite ni même tentée sur les points où elle s'exerce en ce moment. Les bateaux armés pour cette pêche ne s'étaient jamais avancés jusqu'ici plus loin que Loch-Bindy.
Aussi l'excursion dont je vous parle a-t-elle été un sujet d'étonnement pour beaucoup de riverains, enchantés d'ailleurs de se procurer de la sardine à bon marché et toute fraîche.  

Landévennec    pêche    sardine    Douarnenez                      

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 

 

 

 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2018

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.