Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

RÉCITS

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île

contact

 

   revenir en arrière
 

1937

Exercice de débarquement en presqu'île

un article de la Dépêche de Brest

 

Jusqu'à la Première Guerre mondiale, que ce soit en baie de Douarnenez ou en exercice de forcement du goulet, les déploiements de force très populaires des grandes manœuvres faisaient venir toute la population sur les falaises. D'autant que certaines se déroulaient la nuit, et les jets de lumière électrique valaient alors largement un feu d'artifice !

Les manœuvres à terre, sur le territoire de la presqu'île, étaient encore plus prisées car elles duraient jusqu'à une semaine. Plusieurs régiments de nos vaillants marsouins étaient accueillis avec enthousiasme, les drapeaux étaient aux fenêtres, les caisses des commerçants se remplissaient. (quelques articles ICI).

Dans les années 30, l'aviation a rendu le spectacle de ces manœuvres encore plus impressionnant, mais la fête n'est plus là. Les officiers ne logent plus chez les notables presqu'îliens car désormais, grâce aux automobiles, ils rentrent à Brest sitôt la manœuvre achevée. Et puis la Grande Guerre a laissé des traces : la presse se contente maintenant de comptes-rendus laconiques, sauf... en cette année 1937. Ces manœuvres n'ont pourtant rien d'exceptionnel, mais c'est probablement la première fois que la Dépêche de Brest a obtenu de l'armée l'autorisation de faire un reportage-photo.

 

 

Nuit noire, complète, qui étonne par son silence. On sait que des troupes sont là, postées sur cette croix immense qu'est la presqu'île de Crozon, tracée au coeur de notre département.

On sait aussi qu'une escadre entière va venir, tous feux éteints, débarquer, dans l'une des baies, des hommes chargés de mettre à mal la base aéronautique de Lanvéoc-Poulmic.

On le sait, mais rien n'apparaît dans cette opacité; pas un bruit ne trouble le calme de cette nuit. [...]

Vers une heure, dans la nuit noire, les guetteurs de la pointe de Dinant entendirent les bruits de moteurs de vedettes et alertèrent aussitôt la compagnie du 135e d'infanterie, qui se trouvait à proximité.

Les formes des embarcations remorquées par les vedettes apparurent, semblant se diriger vers une crique. Mitrailleuses et fusils mitrailleurs se préparèrent à entrer en action, mais on ne tarda pas à s'apercevoir qu'il n'y avait là qu'une feinte du parti rouge pour attirer l'attention de ce côté.

Sur la plage de Morgat, où s'étaient assemblés des curieux, à 1 h. 30, nouvelle alerte. Des embarcations quelques hommes sautent à terre. Des fusées rouges montent dans le ciel. Les mitrailleuses crépitent. Les fusils tirent.

Ce n'est encore qu'une feinte. Les embarcations fuient. C'est dans la crique de Trébéron que doit avoir lieu la véritable tentative de débarquement.

 

 

À Trébéron

Près de cette crique bien abritée, à l'est de Morgat, sont venus s'installer, sur une hauteur, le vice-amiral Devin, commandant en chef, préfet maritime, accompagné du capitaine de vaisseau S[.]werer et du capitaine de frégate Costet.

Le général Arnould, commandant le groupe de subdivision de Brest, et le général Martin-Prével, commandant celui de Vannes, viennent les rejoindre avec le lieutenant-colonel Ardouin, du ministère de la Marine, en tournée d'inspection à Brest.

Il est 2 h. 15, la nuit est moins noire. On aperçoit des ombres sautant des embarcations qui viennent de s'échouer sur la plage. Ce sont les marins des compagnies de débarquement de l'escadre légère. Ils parviennent, malgré le feu de la compagnie du 135e R. I., accourue pour s'opposer à leur débarquement, à occuper la plage et à pénétrer à l'intérieur pour faciliter l'arrivée du bataillon des fusiliers-marins, qui débarquent d'un grand chaland auto-moteur muni de quatre gouvernails, dont l'avant s'est échoué sur la plage.

Avec un allant admirable, les jeunes cols bleus, commandés par le capitaine de frégate Constantin, bousculent la compagnie du 135e, l'enfoncent et passent, pendant que les compagnies de débarquement de la Provence, de la Lorraine, de la Bretagne et du Béarn, qui ont réussi à débarquer à Laber, attaquent une autre compagnie du 137e à Tal-ar-Groas, l'empêchant de s'opposer au passage des fusiliers-marins.

 

Le raid des fusiliers-marins

Charges de pétards et de tout un matériel de démolition, les vaillants marins du bataillon, dont l'objectif est de détruire la base aéronautique du Poulmic, franchissent à une allure record la distance qui les sépare des hangars, s'y précipitent et reviennent dans la nuit sans que les troupes du plastron de défense, dont le nombre est insuffisant, aient pu s'opposer au raid accompli avec une rapidité surprenante par les Lorientais, efficacement soutenus et protégés par les compagnies de débarquement de l'escadre qui occupent les abords des routes, dont ils interdisent l'approche aux fantassins.

 

Les renforts

Ceux-ci ont demandé des renforts à Brest. A 1 h. 30, un bataillon du 2e R. I. C. s'est embarqué au pont Gueydon sur deux remorqueurs, pendant que devant la porte Tourville les grues chargeaient sur des chalands : fourgons, voitures et mitrailleuses et qu'au pont 2 les chevaux prenaient place sur des chalands aménagés spécialement.

Malgré la rapidité de la traversée, ces renforts n'arrivent que vers 3 heures à la cale du Fret, les hommes montent dans les camions qui vont les conduire sur le point où maintenant se livre le combat dont on entend la fusillade et le tac-à-tac des mitrailleuses.

La compagnie de mitrailleuses du 2e R. I. C. de toute la vitesse de ses chevaux suit comme elle peut, mais ne peut aller aussi vite que les camions. Les hommes en descendent, ils portent à dos les mitrailleuses, les installent pour renforcer le 135e auquel est venu se joindre le 48e de Landerneau.

Le Béarn, à la pointe du jour, a lâché ses avions qui survolent la bataille. Les appareils de la défense ont aussi pris l'air, mais rien ne peut s'opposer au retour vers la mer du bataillon des fusiliers-marins qui sautent dans le chaland et les embarcations restés à Laber, pendant que les compagnies de débarquement des croiseurs et des cuirassés tiennent la route entre Saint-Guénolé et Tal-ar-Groas pour protéger leur repli.

 

Puis les compagnies de débarquement se replient en bon ordre par échelons et parviennent à la plage.

Le clairon sonne « cessez le feu » pendant qu'elles s'embarquent pour rejoindre leurs bâtiments, mouillés près de Morgat qui, dès leur arrivée, font route vers Brest.

 

La critique

Le vice-amiral Devin et les officiers de son état-major ont repris en auto la route de Brest.

[...]

Le général Arnould fait la critique de la manœuvre.

Son but était, pour le parti de l'attaque (parti rouge), placé sous la haute direction du vice-amiral de Laborde. commandant en chef l'escadre de l'Atlantique, et le corps de débarquement placé sous le commandement du capitaine de frégate Constantin, de parvenir à débarquer et à atteindre rapidement la base aéronautique de Lanvéoc-Poulmic pour y détruire les hangars et les appareils.

Cet objectif, grâce au splendide allant du bataillon des fusiliers-marins et à l'efficace soutien des compagnies de débarquement, a été en principe atteint, le parti de la défense étant trop faible pour s'opposer au débarquement et arrêter son élan, les renforts étant arrivés trop tard.

Dans la réalité, les batteries de Crozon auraient tiré et le débarquement n'aurait pu se faire aussi aisément.

Les artilleurs du 35e régiment divisionnaire n'avaient pas de canons. Ils ne participaient à l'exercice que pour l'instruction des cadres.

Enfin, les mitrailleuses de la défense auraient considérablement gêné la marche des assaillants.

La manoeuvre a eu surtout pour effet d'apprendre aux marins des compagnies de débarquement à opérer en liaison; aux soldats à manoeuvrer la nuit, à se diriger, à se retrouver, à ne pas perdre la liaison.

Assaillants et défenseurs ont parfaitement manœuvré. Leur moral a été parfait. Chacun a accompli sa mission avec entrain.

 

 

Le retour

Après un repos sur le terrain, où les cuisines roulantes étaient à leur tour entrées en action, les troupes regagnèrent en camions leurs casernements.

Le bataillon du 2e R. I. C. embarqua son matériel et prit place sur les remorqueurs. Avec une grande docilité, les chevaux traversèrent la rade sans broncher et, à 16 heures, le convoi arrivait dans l'arsenal. Le débarquement fut fait rapidement et à 17 heures, le 2e R. I. C. entrait à la caserne Fautras pour prendre un repos bien gagné.

 

 

Deux blessés

Au cours de la manœuvre, un soldat du 137e R. I., Albert Le Mollic, avait fait une chute et s'était fracturé la jambe.

A 7 h. 30, il entrait à l'hôpital maritime, conduit par une voiture ambulance.

Deux heures après, le soldat Lucien Letard, du 2e R. I. C., les os de la jambe gauche fracturés, était à son tour conduit à l'hôpital.

 

L'arrivée de l'escadre

Dès 8 h. 30, l'Alcyon, le Typhon, la Tornade, la Trombe, le Bordelais et la Tramontane mouillaient en grande rade et étaient aussitôt conduits à leurs postes d'embossage.

A 11 h. 50, arrivaient : le Jaguar, l'Ouragan, l'Orage, la Bourrasque, le Cyclone et le Mistral.

A 12 h. 45, le Jules Verne, l'Emile Bertin et les contre-torpilleurs.

Enfin, à 13 h. 25 : la Provence, la Lorraine, la Bretagne et le Béarn.

L'escadre de l'Atlantique séjournera à Brest pendant onze jours et doit appareiller le 19 pour procéder à ses écoles à feu.

 

Source de cet article

La Dépêche de Brest & de l'Ouest du 8 juillet 1937

Toutes les photos ci-dessus sont des photos La Dépêche.

 

 

 

 

COMMENTAIRE


tel qu'il apparaîtra sous votre commentaire

pour éventuellement vous joindre ou vous répondre, ces coordonnées resteront confidentielles

Question anti-robot : quel est le jour de la semaine avant mardi ?

pas de commentaire pour l'instant

 

 

 

© notrepresquile.com 2014

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.