Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

RÉCITS

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île

contact

 

   revenir en arrière
 

 

La pêche au thon à Morgat

par Bernard Fabien

 

 

  Sa famille maternelle étant douarneniste, Bernard Fabien, né à Crozon, a passé une grande partie de ses vacances d'enfant sur les quais du Rosmeur. Il a fait toute sa carrière professionnelle dans le bâtiment, mais n'a pas pour autant été guéri de son virus de la mer !... Il s'est même embarqué pour participer à des campagnes de pêche à deux reprises (à bord du Castel Dinn d'Henri Téphany, et du Dominique, de Jean Moalic).

  Bernard Fabien parle ici de la pêche au thon et nous livre le résumé de ses investigations auprès de plusieurs pêcheurs ayant pratiqué cette pêche aux grandes heures du port de Morgat...

 

 

 

Suite à plusieurs séries de mauvaises saisons de pêche à la sardine, les pêcheurs morgatois, voyant le métier décliner régulièrement, sont contraints de trouver une solution pour l’avenir. Une nouvelle vocation allait naître au cours de la decennie 20/30 grâce à la découverte, par les pêcheurs de Groix et de l’île d’Yeu, des bancs de thons qui émigraient chaque année des côtes de l’Afrique jusqu’à celles de l’Irlande.

Les pêcheurs morgatois se sont rapidement trouvés intéressés par ce métier nouveau qui s’ouvrait à eux. Une autre raison les motivait, celle de faire la pêche au large, un métier durable qui pouvait leur fournir du travail tout au long de l’année. Cela représentait cependant une reconversion qui ne pouvait se réaliser du jour au lendemain. La volonté existait mais encore fallait-il trouver les moyens, mais là aussi, comme dit le proverbe : Quand on veut, on peut ! Ils décidèrent alors, à l’image des Concarnois et des Douarnenistes, de se lancer dans l’aventure, ayant appris que des navires aptes à ce métier se trouvaient disponibles en Vendée et sud-Bretagne. Des contacts furent établis entre les propriétaires de ces navires et des personnes de Crozon et Morgat disposant de fonds et se trouvant prêts à investir dans l’aventure. Plusieurs affaires furent ainsi conclues.

Il fut cependant décidé (non sans mal) de construire un navire neuf. Celui-ci, baptisé Yves et Jean, fut construit au chantier Sévellec à Morgat et mis à l’eau en 1924. Sa construction posa d’ailleurs d’énormes problèmes, si bien qu’il ne fut plus jamais question d’en construire un second au même endroit 1 . Toujours est-il que ses premières campagnes furent très prometteuses.

 

 


Thoniers à quai, à Morgat - L'Yves et Jean, et l'Yvette à la fin des années 30

carte postale Éditions Gaby

 

Plus tard, un autre navire, le Chloé, construit à Camaret, fut armé à la pêche au thon à Morgat. Ils furent rejoint quelques années plus tard par ces élégants thoniers venus de Groix, de l’île d’Yeu ou Noirmoutier. Ceux-ci avaient pour nom Pitti, le Rouge, Petit Charles, Jazz-band, Coureuse des mers ou Traviata.

Ces navires ne possédaient à l’époque que le vent comme moyen de propulsion, ils ne furent motorisés que bien des années plus tard. Le seul moyen d’orientation était à l’époque le sextant, avec l’aide du soleil. Il est même arrivé, quand ce dernier ne daignait pas se montrer plusieurs jours durant, que certains navires faisant route terre, se retrouvent non pas en Bretagne mais en Angleterre ou en Espagne (mais restons sérieux, ceci n’est peut-être que pure légende !).

S’il arrivait par hasard que leur route croise celle d’un navire marchand, il se pouvait qu’un échange de poisson frais contre viande fraîche puisse se faire. Par la même occasion, le navire marchand apportait des précisions au navire de pêche concernant la route à suivre pour rejoindre son port de destination.

Ils n’étaient pas non plus équipés de chambre froide. La méthode de conservation était la suivante : les poissons aussitôt pêchés étaient nettoyés puis suspendus par la queue de façon à les vider au maximum de leur sang, à des perches de bois fixées horizontalement à des chevalets eux aussi fixés au pont, le tout étant régulièrement arrosé d’eau de mer de façon à maintenir en permanence une température relativement basse.

 


Thonier au retour de la pêche - 1936

carte postale, Éditions Jos Le Doaré

 

Ils n’étaient pas non plus bien sûr équipés de moyens radio. Le premier à en être équipé fut le Chloé en 1950.

Leur conception en ce qui concerne l’équipement en matériel de pêche est resté pratiquement la même pour une bonne partie des navires (ceux qui ont toujours pêché le thon à la ligne). Ceux-ci étaient équipés de deux immenses perches en bois fixées sur le pont, à babord et tribord du grand mât, à partir de pièces métalliques oscillantes. Sur elles étaient réparties de haut en bas 6 lignes à l’extrémité desquelles étaient fixés de forts hameçons où se trouvaient les leurres en plumes multicolores. L’extrémité de ces perches étaient faites en bois de jeunes plants d’orme que les pêcheurs allaient couper dans la vallée du Loch, ce bois étant réputé pour sa flexibilité et sa solidité.

Chaque ligne avait un nom bien spécifique, ceci de façon à les identifier lors des manœuvres. Elles étaient appelées : Pen, Neil, Petit plomb, Taiher, Grand plomb, et Eider. Celles qui étaient fixées à l’arrière étaient appelées : Courrier, Trou du cul, Bonhomme, et Salabarde.

La manœuvre pour ramener les thons à bord

Un thon est pris sur BIDER. Avant de pouvoir l'embarquer, il faut raccourcir à l’aide des poulies les autres lignes se trouvant

entre la ligne pêchante et le navire, de façon à dégager le champ de manœuvre. Cette opération se pratique à l’aide de l’écoute.

 

 

À l’époque des premières campagnes, l’équipage de ces navires étaient composés de 8 hommes, ce chiffre a été rabaissé à 6 au moment où est intervenu la motorisation.

Le thon étant un poisson migrateur, il se déplaçait en bancs très importants, toujours dans le sens sud-nord. La zone de pêche s’étendait entre les Açores au sud et les côtes d’Irlande au nord. Les premiers bateaux qui entamaient la campagne vers le début du mois de juin étaient obligés de descendre très bas à la rencontre des bancs.

Au fur et à mesure du défilement des semaines, le poisson remontait vers le nord, ainsi vers les premières semaines du mois d’août ceux-ci se situaient sur la latitude de la pointe de Bretagne. Le temps de route pour se rendre sur les lieux de pêche s’en trouvait de beaucoup diminué, ce qui fait qu’à la période la plus propice, cela se limitait à une durée de 18 heures environ. Puis c’était l’inverse, la remontée continuait pour se terminer avec la fin de la campagne au niveau des côtes d’Irlande vers la fin septembre. On a même vu, à la faveur de belles conditions climatiques, des campagnes se poursuivre jusqu’à fin octobre.

 


En partant de la gauche : le 2e est le Breizh Atao, le 5e est le Rouge.

 

Durant les premières années, la période d’activité de la flottille démarrait au début du mois de mai par l’armement des navires. Les départs s’échelonnaient ensuite sur les deux premières semaines de juin. Une fois la campagne d’été terminée, les navires étaient désarmés et passaient en général à l’abri dans le port du Fret.

Les premières années de ce nouveau métier semblant avoir donné des résultats satisfaisants, plusieurs propriétaires-armateurs décidèrent de faire fonctionner les navires durant l’année entière. Plusieurs d’entre eux subirent de profondes transformations, ils furent équipés de chambres froides et de moteurs. Ces moteurs n’étaient pas très puissants, bien sûr (quelques dizaines de chevaux), mais cependant le doublage voile/moteur leur a permis d’écourter les temps de route, et l’installation du froid a énormément amélioré la conservation du poisson et a permis de ramener à terre des tonnages beaucoup plus importants.

Le fait de ramener à terre du poisson mieux conservé a été un des atouts majeurs en ce qui concerne la rentabilité des navires.

À l’époque, avant que le poisson ne soit débarqué, le navire recevait la visite d’une personne (une femme en l’occurrence) que l’on avait coutume d’appeler Mme la commissaire. Celle-ci était le personnage de confiance de la direction de l’usine. Le rôle de ce personnage fort autoritaire était d’évaluer la fraîcheur de la cargaison : elle pouvait refuser une partie ou même la totalité de la pêche en fonction de son état. Sa décision étant sans appel. Il s’est produit bien souvent de violents coups de gueule entre le patron et Mme la commissaire sans pour cela que sa décision ne change. Ce problème de mauvaise qualité se produisait parfois lors que les navires démunis de chambre froide traversaient des zones de brume ou d’orage, très néfastes à la conservation, ce qui a malheureusement valu à nombre d’équipages de rentrer à la maison les poches vides au bout de plusieurs semaines de campagne.

Les résultats obtenus suite à la modernisation de la flottille ont eu pour effet de voir la mise en chantier de plusieurs bateaux neufs. Ainsi l’Yvette fut construit au chantier Keraudren à Camaret en 1935, puis le Reder ar Moriou construit au chantier Tertu au Fret en 1937, suivi par le Charles le Goffic construit par le même chantier en 1938, et enfin le Breiz-Atao construit au chantier Keraudren à Camaret en 1938.

Les navires les plus récents furent alors utilisés tout au long de l’année. Durant la période d’hiver, ils pratiquèrent la pêche au maquereau au large (filets). Ces campagnes débutaient vers la mi-novembre au large des côtes d’Angleterre pour se terminer vers la mi-avril au large de Penmarc’h.

Tout semblait bien se passer mais malheureusement la déclaration de guerre vint brutalement rompre cet élan...

 

Bernard Fabien        

 

 

(merci à Françis Guillouroux, Tanguy Drévillon, Alain Ménesguen,       

Joseph Ménesguen et Maurice Drévillon)         

 

  Si le sujet vous intéresse, rendez-vous sur thoniers.free.fr, site auquel collabore Bernard Fabien, et sur lequel vous trouverez photos, histoire et caractéristiques détaillées de chacun des thoniers de Morgat.

 

 

 

NOTE

 1. Thomas Widemann, du site thoniers.free.fr explique :

  Il a fallu créer une glissière en bois suiffé pour le faire glisser à la marée basse jusqu'à  un endroit de la plage où la mer puisse le faire flotter à marée montante. Il lui a également fallu, pour mener à bien cette opération, réquisitionner une bonne partie des bras de Morgat pour faire glisser cette masse de bois jusqu'à  l'endroit propice à la flottaison.  ↑ 

 

 

 


COMMENTAIRES


tel qu'il apparaîtra sous votre commentaire
pour éventuellement vous joindre ou vous répondre, ces coordonnées resteront confidentielles


Question anti-robot
: quel est le jour de la semaine avant mardi ?



pas de commentaire pour l'instant

 

 

 

© notrepresquile.com 2014-2017

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.