Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 1235

Naufrage et sauvetage sur les côtes de Telgruc.

26/02/1907 

BREST (Finistère)

Monsieur le Président,
En suite d'un rapport établi sur état n°5, par lequel le capitaine à Quimper vous informait du sauvetage d'un infirme, accompli par le matelot Menut, de sa résidence, dans le canal de Port-Launay, vous avez bien voulu m'aviser le 30 octobre dernier que vous décerniez à cet agent un diplôme d'honneur.
Menut, qui se trouve actuellement à Telgruc en Crozon, vient de se distinguer à nouveau par un sauvetage qu'il a effectué dans des conditions particulièrement périlleuses; ce nouvel acte de dévouement confirmant le mérite de ce préposé à l'égard de la récompense que vous avez bien voulu lui accorder, je crois devoir vous en transmettre la relation.
Le préposé Menut (André), de Telgruc, et son collègue Cozannec (Louis), du même poste, se trouvaient de service le 13 février courant, sur une partie du littoral qui borde la baie de Douarnenez, lorsqu'ils aperçurent, vers 2 h 30 du soir, une goëlette, en détresse que la tempête poussait à la côte. Le navire semblait désemparé et incapable de se diriger; prévoyant un sinistre, Menut et Cozannec s'efforcèrent, en suivant le rivage, de se maintenir à la hauteur du bateau et d'atteindre le point où il devait infailliblement échouer.
Au cours de cette véritable poursuite, ils eurent la présence d'esprit, apercevant un agent cycliste qui passait sur une route voisine, de le charger de télégraphier de Plomodiern à l'Administration de la Marine à Douarnenez. Cependant le bâtiment s'était de plus en plus rapproché du continent, et quelques instants après, il talonnait de sa quille une roche sur laquelle il resta engagé.
L'équipage, composé du capitaine et de 4 matelots, mit le canot du bord à la mer et s'y embarqua, mais presque aussitôt une vague énorme chavira la frêle embarcation et, des 5 hommes, seul le capitaine reparut à la surface de l'eau, luttant contre les flots.


Nos agents se trouvaient à ce moment en face du lieu du naufrage, mais la falaise, presque à pic, était battue par la mer démontée et la descente en paraissait impraticable. Les sauveteurs, dans leur course, avaient eu l'heureuse idée d'emprunter des cordages dans une ferme et, n'écoutant que son courage, Menut, après s'être défait d'une partie de ses vêtements, se fit attacher une corde autour du corps et, soutenu par Cozannec et quelques personnes accourues, il se laissa glisser le long de la falaise.
Il parvint ainsi jusqu'aux récifs qui la bordaient et réussit, après mille difficultés, à saisir le naufragé, blessé et à bout de forces. Sauveteurs et sauvé durent être hissés jusqu'au plateau au moyen de cordes.
Le capitaine fit connaître qu'il se nommait Sauvignan, commandant la goëlette Euterpe, de 82 tonneaux, attachée au port de Dunkerque. Les deux préposés poursuivirent leurs recherches, espérant retrouver les corps des 4 matelots et, sur des indications données par un riverain qui prétendait avoir aperçu un des cadavres, Menut se fit à nouveau attacher et redescendit au milieu des roches, pénétrant même, au péril de sa vie dans une grotte envahie par la mer. Ses recherches demeurèrent infructueuses et, épuisé par ses efforts, il dut se faire remonter non sans difficultés.
J'ajoute, à titre de renseignement, qu'un coup de vent dégagea l'Euterpe de sa position, au moment où le canot de sauvetage et un bateau de pêche de Douarnenez arrivaient sur les lieux. Une partie de leur équipage monta à bord et réussit à conduire la goëlette au port.

        Le Directeur des Douanes,
        DELAAGE DE BELLEFAYE.

 
Cet ancêtre du gilet de sauvetage, composé de 4 gros morceaux de liège, était très peu utilisé sur les bateaux en raison de la gêne qu'il provoquait dans les moindres mouvements.
 
Telgruc    Douarnenez    naufrage    sauvetage    péri en mer               

article issu de : Annales du sauvetage maritime (Paris)    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2022

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.