Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 1839

Menace de mort dans l'affaire Tailhade.

04/09/1903 

Les assassins de Camaret

Après avoir été pays d'ivrognes, Camaret se transforme soudain en ville d'assassins.
C'est M. Tailhade qui le dit ou le fait dire dans son journal.
Je suis, moi-même, qualifié d'assassin imbécile et « j'eusse été heureux, paraît-il, d'avoir à mon actif deux victimes humaines : M. et Mme Tailhade. » Je m'attends, demain, à être traité d'anthropophage !
Je répondrai brièvement à ces facéties :
D'abord, j'avoue que j'ignorais absolument l'existence de Mme Tailhade, et si vraiment j'ai pu causer quelque ennui à cette jeune femme, qu'elle reçoive ici mes plus plates excuses...
Quant à son mari, c'est une autre affaire. Il écrit dans un journal, ses produits appartiennent à tout le monde, et chacun a le droit absolu de les discuter, de les critiquer, de les blâmer.
J'ai cité deux extraits des articles injurieux de M. Tailhade, le premier parce qu'il m'avait semblé outrageusement faux, le deuxième parce que, depuis la reproduction du précédent, j'avais reçu une lettre anonyme me menaçant de mort si je recommençais, et simplement pour démontrer à mon aimable correspondant le cas que je fais de pareilles menaces.
Tailhade dit que mes commentaires sont venimeux.
Le venin, où est-il ? Dans ma prose ou dans la sienne ?

Dans ma prose signalant l'injure, une injure publique, qui était imprimée depuis deux jours dans un journal parisien, dont le tirage doit être, j'imagine, considérable ?
Dans les articles de Tailhade, stigmatisant, vilipendant toute une race brave, honnête, et contribuant à ridiculiser, aux yeux du pays tout entier, cette Bretagne où, chaque année, il vient chercher le repos et le bon air salubre ; cette Bretagne où il jouit encore, au moment même où j'écris, de la plus complète tranquillité ?
Le public, juge souverain en ces matières, dira où est le venin. J'accepte, d'avance, son verdict.
L'imbécillité, où est-elle, enfin ? Dans mon esprit, dans ma conscience, ou bien dans l'esprit et dans la conscience de ce prétendu apôtre de l'anarchie, réduit, par des événements provoqués de son propre fait, à proclamer la nécessité des gendarmes, l'indispensabilité des tribunaux et des juges, — forcé, enfin, lui, anarchiste professionnel, convaincu et prédicant, de s'abriter derrière les méprisables défenseurs de l'ordre et de la société !
Ah ! mon pauvre Tailhade, la Société Bourgeoise est bien vengée ! Et les gendarmes ont le droit de pouffer.
Louis COUDURIER.

Camaret    Paris    tourisme                       

article issu de : La Dépêche de Brest    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2022

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.