Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

ARTICLES DE PRESSE

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

Éditions Notre Presqu'île

livre d'or

liens utiles

bibliographie

contact

 

   revenir en arrière
 

Articles de la presse ancienne

classés dans l'ordre chronologique

 

 Cliquez sur les grandes flèches noires pour lire l'article
précédant ou suivant celui-ci dans l'ordre chronologique


 n° 928

Des collégiens sèment la pagaille dans l'école laïque de Crozon.

21/05/1891 

Gazette bretonne - Finistère

Crozon. — Des faits regrettables se sont passés à Crozon pendant les vacances de Pâques. Nos correspondants n'avaient pas manqué de nous en instruire. Mais comme certaines feuilles cléricales s'étaient déjà inscrites en faux contre le récit de quelques-uns de ces faits, divulgués par la presse locale, nous avons cru bon de faire une petite enquête qui nous permet d'en donner aujourd'hui une version définitive.
Un certain nombre de jeunes élèves de 12 à 16 ans, appartenant aux écoles congréganistes de Quimper, de Landerneau, de Vannes, et aux collèges de Pont-Croix et de Lesneven, étaient en congé à Crozon. La même inspiration perverse les réunit tous et ils résolurent de jouer le plus de mauvais tours possible à l'école laïque de Crozon. Car il est impossible d'expliquer autrement leur conduite.
Ils prétendirent d'abord, ce qui ne fait guère honneur à l'enseignement qu'on leur donne, que l'école, étant un établissement public, appartenait à tout le monde.
Sous cet étrange prétexte, ils allèrent, à chaque sortie, se mêler aux élèves, dans la cour même de l'école. Les maîtres, chargés de la surveillance, les en chassèrent plusieurs fois.
Le mardi 7 avril on donnait aux enfants de l'école une séance de prestidigitation. Les collégiens, naturellement, n'y avaient pas été admis. Quel bon motif de faire de nouvelles niches tant aux maîtres qu'aux élèves ! Et nos collégiens de rouler, en s'entr'aidant, de lourds blocs de moëllon jusque dans l'entrée de l'établissement. Si quelques écoliers allaient se heurter contre ces blocs et s'étendre de tout leur long sur le sol, à la sortie de quatre heures, on n'aurait pas perdu sa peine !
Pendant ce temps, quelques autres de nos gamins, armés de frondes en caoutchouc, lançaient des cailloux dans le poulailler, et s'amusaient fort à effaroucher la volaille de l'instituteur.
Un adjoint accourut au tapage et intima à nos frondeurs l'ordre de se retirer. Ils obéirent, mais ce ne fut pas sans maugréer, sans gesticuler et même sans adresser des menaces à ce maître.
Un autre adjoint avait empêché les mêmes collégiens de se mêler aux rangs des nombreux élèves qu'il conduisait à l'entrée de la ville. Nos mauvais garnements l'insulteront grossièrement au moment où il retournait à l'école.
Ces espiègleries passaient la mesure. Le directeur de l'école crut qu'il était temps de mettre fin en avertissant par lettre les parents. Il les priait de vouloir bien admonester leurs enfants, de les empêcher de troubler l'école, voire même d'y faire des dégâts. Les premières lettres furent interceptées par les gamins.

Le directeur en écrivit de nouvelles.
Elles furent accueillies par la plupart des familles comme elles devaient l'être. Cependant l'une de ces familles répondit qu'elle n'avait rien su de tout cela, et une autre qu'elle ne croyait pas l'enfant coupable de pareils méfaits et que, du reste, il était en vacances.
Le lendemain, vers trois heures, le directeur entendit du bruit aux abords de l'école et crut distinguer des appels. Il voulut savoir ce dont il s'agissait ; et que vit-il ? Les deux collégiens Courtois et Bouillonnec, qui, montés sur la claire-voie de l'école, à au moins trois mètres du sol, appelaient les enfants de la 4e classe, soit pour les déranger dans leurs exercices, soit pour agacer le jeune maître qui les instruisait. L'honorable directeur sortit et dit à ces collégiens de se retirer. L'un d'eux, Bouillonnec, obéit immédiatement ; mais Courtois, l'un de ceux qui lançaient la veille des cailloux avec une fronde, répondit à son ancien maître que cette claire-voie lui appartenait comme à tout le monde et qu'il avait le droit de rester dessus.
Le directeur le prit par le bras pour le faire descendre et lui demanda si ses parents ne l'avaient pas réprimandé pour ses frasques antérieures et lui permettaient de déranger ainsi l'école. « Mon père ne croit pas cela, dit l'enfant. » « Eh bien, je vais le lui prouver, déclara le maître. » Et il conduisit l'enfant dans une classe où se trouvait son jeune frère « Va, lui dit le directeur, prier ton père de venir chercher ton frère Louis, que je viens de trouver pour la quatrième fois en défaut. » Ce fut la mère qui vint. Elle fit mine de gronder l'enfant. Mais revenue chez elle et poussée sans doute par quelques esprits malveillants, elle essaya de trouver matière à poursuite contre le directeur de l'école, lorsqu'il aurait pu lui-même, s'il avait eu tant soit peu de fiel, mener tous nos mauvais garnements en police correctionnelle, pour violation de domicile. Une bonne âme se trouva pour interroger l'enfant et lui arracher une accusation ; mais il déclara qu'il n'avait été l'objet d'aucun sévice, ni d'aucune violence, de la part de son ancien maître. Ajoutons que la mère s'est repentie depuis de son mauvais mouvement.
Tout cela n'est pas bien grave, dira-t-on peut-être. Tout cela cependant donne une idée des tracasseries auxquelles peuvent être en butte les fonctionnaires les plus honnêtes dans les milieux réactionnaires ; tout cela prouve qu'il leur faut une dose extraordinaire de circonspection et de prudence pour échapper aux pièges que leur tendent leurs adversaires politiques.
A ce point de vue, M. Cariou ne mérite que des félicitations. Il a montré, en même temps que beaucoup de fermeté, une patience des plus remarquables.


CROZON. Les écoles communales.
photo : J. Villard : - source : fonds Villard
Crozon    fait divers    enfant    école    religion               

article issu de : Le Finistère (Quimper)    

 
 
 

 

 

f.a.q. Éphéméride mode d'emploi

recherche
dans les articles


précisions mots-clés


précisions recherche

 

à suivre...

         • nouveaux articles

         • nouvelles personnes

         • nouveaux villages

         • nouveaux bateaux

         • nouveaux commentaires

contenu des articles

         • les bateaux   A-Z

         • les personnes   A-Z

         • les lieux   A-Z

         • les lieux, par village

articles par n°

 

 


AVANT NOUS
une sélection de 1181 articles
issus de la presse ancienne,
illustrées de publicités d'époque
Points de vente ICI

 
 
 

 

© notrepresquile.com 2014-2022

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.