Notre presqu'île .com

archives, histoires, images

de la presqu'île de Crozon

 

?  

Quoi de neuf ?

Presse ancienne

Cartes postales

En mots

En images

En cartes

Savez-vous ?...

Guerre 14-18

Recensement

livre d'or

liens utiles

bibliographie

dates presqu'île

contact

 

   revenir en arrière
 

15 août 1919

Battage à Kerbénéon, en Crozon

personnes à identifier

 

Voici une photo tirée à la ferme de mes arrières-grands-parents, chez Yves Le Bihan, le 15 août 1919, à Kerbénéon, en Crozon. Le sujet est exceptionnel, c'est un témoignage assez rare sur le battage à l'aide d'un manège à chevaux.

 

utiliser le bouton ci-dessus pour faire défiler l'image horizontalement

 

La 2e photo (ci-dessous) réunit les acteurs de ce travail où l’entraide, à l’époque, était la règle.

 Près de cent ans nous séparent de cette époque. Alors qu’aujourd’hui  la photo est banalisée,  celle-ci, bien que simple, représente  un témoignage trop rare dans la classe paysanne. Simplement, dans leurs tenues de travail, le visage grave, ils posent pour célébrer et immortaliser la fin de la moisson, surtout celle-ci qui a vu le retour des poilus. La soirée sera sans doute animée et demain peut-être on ira chez le voisin en espérant que temps se maintienne.

Les personnes que je peux identifier avec certitude sont :

Mes arrière-grands-parents assis à côté des enfants : Yves Le Bihan et Marie Jeanne Bodénan, respectivement âgés de 59 ans et 54 ans mais qui en paraissent beaucoup plus, usés par le travail.

 A leur gauche, la femme debout en noir : leur petite nièce et belle fille Marie Tymen.

 L’homme en tricot rayé : Jean Jacques Marie Le Bihan, fils, matelot sur le torpilleur l’Intrépide lors de cette maudite guerre qui vient de s’achever. A sa gauche, son épouse, Jeanne Marie Queffellec en  tenue blanche.

A droite de la photo, au deuxième rang : Louis Le Mercier, enfant de l’Assistance, placé dans une famille comme il était coutume  sur la Presqu’ile, élevé depuis le premier âge chez  mes arrière-grands-parents il fera toujours partie de la famille à part entière. On voit là le futur chef de gare, rigoureux, de St-Ségal, St-Fiacre puis de Tal-ar-Groas.

La jeune fille posant  la main sur l’épaule du jeune homme à la cigarette : Marie Catherine Le Bihan, fille, ma grand-mère que je vois là, non sans émotion, à l’âge de 14 ans.

Je ne peux rien dire, faute du moindre élément en ma connaissance, sur les  autres  personnages, il me reste l’espoir  de le savoir un jour, Internet est un outil incroyable qui réserve des surprises...

Merci d'avance,

Jacques Guidal (Brest).

 

 

 

RÉPONSE / COMMENTAIRE


tel qu'il apparaîtra sous votre commentaire

pour éventuellement vous joindre ou vous répondre, ces coordonnées resteront confidentielles


Question anti-robot
: quel est le jour de la semaine avant mardi ?


 

 

22/11/2015

  Bonsoir,

  Par le dépôt de mes photos sur votre site Notre Presqu'île.com, vous m'avez adressé le désir de renseignements d'un internaute concerné par la famille Queffelec.
  Nous avons pu échanger des informations et je lui ai posté d'autres photos. En retour, Il m'a signalé avoir informé d'autres personnes de l'existence de ces témoignages,
  Ces gens n'avaient jamais vu auparavant le visage de leurs ancêtres, ils les découvrent avec beaucoup d'émotion et ceci grâce à votre site.
 Le document date de 98 ans, c'est une histoire formidable et je voulais vous la signaler.
  Bien cordialement à vous.
Jacques Guidal

 

 

 

 

© notrepresquile.com 2014-2017

 

Mentions légales et Conditions Générales d'Utilisation      |     Qui fait ce site ?

 

Selon la loi Informatique et Libertés du 6/01/78 modifiée en 2004,
vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant, que vous pouvez exercer en nous écrivant.